Arjuna Kodisinghe - Fotolia

Gluster 4.0 : nouveau moteur d'administration et intégration renforcée avec Kubernetes

La version 4.0 du système de fichiers distribué a fait ses débuts. Elle embarque un moteur d'administration RESTful en version préliminaire (Gluster D2) et s'interface plus étroitement avec l'orchestrateur Kubernetes via l'outil de provisioning Heketi.

La communauté Gluster vient de fêter en fanfare sa treizième année d’existence en dévoilant la première version majeure du logiciel de système de fichiers distribué open source depuis décembre 2009.

Gluster 4.0 vise notamment à améliorer l’intégration avec les conteneurs et à simplifier la gestion du stockage pour les déploiements hybrides et multi-cloud.

Pour cela, la communauté de développement Gluster a réécrit son moteur d’administration dans le but d’améliorer l’évolutivité du logiciel de stockage open source et de le rendre plus facile à utiliser.

« La dernière fois que nous avons fait cela, c’était autour de la 3.0 et c’était il y a longtemps. Le monde était très différent à l’époque. Gluster et les conteneurs n’étaient même pas des concepts que nous envisagions faire cohabiter », explique Amye Scavarda, la responsable de la communauté Gluster chez Red Hat. « Nous avons donc travaillé sur la possibilité de remplacer une partie de l’architecture qui l’entoure afin d’avoir une architecture orientée services plus complète ».

GlusterD2 un nouveau moteur d'administration en version préliminaire

Le moteur d’administration distribué GlusterD2 (GD2) est disponible en version préliminaire. Il expose les fonctionnalités du système de fichiers distribué par le biais d’un ensemble d’interfaces de programmation d’applications (API) de type RESTful.

Gluster 4.0 inclut une nouvelle interface en mode ligne de commande (baptisée glustercli) au-dessus de l’API REST. Cette interface permet de piloter les opérations de gestion de volume et de rattachement de serveurs au cluster. Elle permet aussi de contrôler l’arrêt et le démarrage d’un cluster, de gérer la configuration et le statut d’un cluster ou de contrôler l’intégrité des données (via la commande bitrot).

La dernière mouture du système de fichiers distribué inclut également un framework de plugin flexible pour que les développeurs puissent ajouter des métriques.

Du fait de son statut préliminaire de GD2, la communauté Gluster ne recommande pour l’instant pas son utilisation en production et lui préfère encore l’ancien daemon glusterd. Il est à noter qu’il n’est actuellement pas possible de migrer un cluster géré par glusterd vers GD2.

Il faudra pour cela attendre la version 4.1 de Gluster attendue pour la fin du mois de mai 2018. Celle-ci amènera GD2 à parité fonctionnelle avec glusterd (toutes les fonctions de Gluster ne sont pas encore gérées par GD2) et améliorera aussi la métrologie.

Heketi plaque tournante de l’intégration avec Kubernetes

La version 4.0 de Gluster approfondit également les connexions avec l’orchestrateur de conteneurs Kubernetes via l’outil de provisioning Heketi, qui se télécharge avec le logiciel Gluster File System (GlusterFS).

La dernière mouture d’Heketi prend en charge le provisioning et l’expansion des volumes persistants Gluster en mode blocs, la gestion des noms de volume personnalisés pour les volumes persistants et la métrologie pour les volumes Gluster en utilisant l’outil open source Prometheus, téléchargeable séparément.

« Heketi est un outil de provisioning dynamique », explique Scavarda. Selon elle, il permet de créer un volume, d’en spécifier la taille ou le facteur de réplication, sans avoir à penser à la façon dont Gluster conduira les opérations.

Les versions précédentes de Gluster utilisaient Heketi, mais la nouvelle version majeure de Gluster 4.0 le relie maintenant au nouveau moteur d’administration GlusterD2, explique Scavarda. D’après elle, la communauté Gluster travaille sur l’amélioration de l’intégration des conteneurs au cours depuis trois à quatre ans, avec un accent particulier sur le stockage persistant et l’intégration avec Kubernetes.

Gluster met l’accent sur les usages de type cloud

« Nous essayons vraiment de réfléchir à la façon dont les gens utilisent Gluster dans le cloud », affirme Scavarda.

Au-delà de Kubernetes, Gluster s'intègre avec  la plateforme d’applications conteneurisées OpenShift de Red Hat. GlusterFS peut être provisionné en tant que stockage pour un environnement de conteneurs et le logiciel peut également fonctionner à l’intérieur d’un conteneur.

Les nouvelles capacités inscrites à la feuille de route de la communauté Gluster incluent des améliorations au moteur d’administration GlusterD2 et… une interface utilisateur graphique. De nombreux développeurs qui écrivent des applications basées sur des conteneurs ne sont en effet pas des experts en stockage, a confirmé Scavarda.

Selon Scavarda, les principaux utilisateurs de la version communautaire de Gluster sont des hébergeurs de cloud et des sociétés du secteur des médias, dont beaucoup aiment tester le système de fichiers pour essayer les nouvelles fonctionnalités.

Scavarda s’est refusée à spécifier une date précise pour la sortie d’une prochaine version de Red Hat Gluster Storage — la version commerciale du logiciel de stockage chez Red Hat — basée sur Gluster 4.0. Elle s’est bornée à indiquer que les capacités des versions communautaires sont généralement supportées dans une version commerciale au bout de trois à six mois.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close