Avec un ami comme AWS, qui a besoin de l’open source ?

Les commentaires de l'exécutif d'AWS concernant l'exploitation du code ouvert par le géant du cloud ont mis en doute la viabilité du marché open source.

En décembre, un article du New York Times suggérait qu’Amazon Web Services (AWS) exploite les projets open source en fournissant des services gérés basés sur du code ouvert sans contribution en retour.

Suite de l'article ci-dessous

En réponse à l’article Andi Gutmans, vice-président de l’analytique et d’ElastiCache chez AWS, a écrit une note de blog. Dans ce document, il assure que les clients réclament sans arrêt au fournisseur de proposer des services managés pour Elasticsearch et d’autres projets open source populaires. 

« Un certain nombre de mainteneurs de projets open source construisent des offres commerciales associées » déclare-t-il.

« Un petit nombre d’acteurs voient cela comme un jeu à somme nulle et veulent être les seuls à pouvoir monétiser librement les services gérés autour de ces projets open source. En ce sens, ils ont fait marche arrière et ils ont modifié les termes de la licence, en mélangeant du code open source avec du code propriétaire », argumente Andi Gutmans.

Les licences open source visent à encourager l’innovation. Elles permettent aux contributeurs de construire de nouvelles fonctionnalités qui deviennent des variantes du code de base. Les mainteneurs des projets peuvent ensuite choisir d’intégrer ces propositions au sein du code source.

Les modèles économiques appliquées à l’open source consistent généralement à ne pas inclure gratuitement certaines fonctionnalités ou améliorations afin de les facturer aux entreprises.

Certaines entreprises ont également essayé de proposer des services managés pour leurs produits open source sous forme de SaaS.

Abby Kearn, directrice générale de la Cloud Foundry Foundation a elle aussi réagi à l’article du New York Times. « Lorsque le logiciel derrière un produit est open source, rien n’empêche un autre acteur de s’en servir pour construire sa propre offre », déclare-t-elle.

« Je ne prétends pas que plusieurs des entreprises mentionnées dans l’article ont changé leur stratégie commerciale depuis qu’AWS a commencé à utiliser leur code source ouvert », ajoute la dirigeante de la fondation CF. Mais ignorer l’approche open source par laquelle ces acteurs ont créé du code et développé leurs entreprises, c’est passer à côté de la vision d’ensemble. Et AWS utilise un très bon code issu d’une idéologie open source ».

« Comme mon collaborateur Chips Childers, CTO de la Cloud Foundry Foundation l’a récemment écrit, l'open source réussit mieux à une entreprise technologique quand il est adopté dans le cadre d’un ensemble de stratégies et de tactiques qui soutiennent un modèle économique autrement solide - et non l'inverse ».

L'open source « propriétaire » est-il viable ?

En mars 2019, Sid Sijbrandij, PDG et cofondateur de Gitlab, une société qui propose des outils DevOps open source s’exprimait à ce sujet. Il prévenait que le plus grand défi des éditeurs de solutions commerciales basées sur des technologies ouvertes est de gérer les relations avec les fournisseurs de clouds hybrides.

« Les entreprises qui commercialisent des versions de produit open source comme Confluent, à l’origine de Kafka, puis les opérateurs de clouds hybrides, prennent le code source de la plateforme de streaming de données et en proposent une distribution payante "as a service". De facto, ils entrent en compétition avec les éditeurs de solutions SaaS sur lesquels ils pariaient pour générer du chiffre d’affaires ».

« Cela a conduit un certain nombre d’éditeurs tels que Redis, MongoDB, Elastic et Confluent à introduire des licences avec des clauses de non-concurrence obligeant les fournisseurs de services manager de payer un droit de commercialisation », explique Sid Sijbrandij.

Mais selon le fondateur de Gitlab, ce changement de licence signifie que le code n’est plus ouvert. « Nous souhaitons que ces entreprises prospèrent, mais nous aimons l’absence d’enfermement qui vient avec l’open source ».

Il décrit également la manière dont AWS se serait directement attaqué à la version entreprise d’Elasticsearch en créant sa propre fork du projet open source. AWS aurait fourni gratuitement des extensions payantes proposés par son concurrent.

Cibler différents types de clients 

L’approche de GitLab consiste à cibler différents types d’acheteurs, comme l’explique son PDG : « Si votre client est sensible à l’argument du prix, il est plus susceptible d'opter pour une offre open source, que pour votre produit payant ».

L’éditeur propose aux particuliers une version gratuite de GitLab basé sur le code source ouvert de sa solution. Les responsables IT paient une souscription mensuelle pour bénéficier de fonctionnalités supplémentaires. L’édition la plus chère du produit permettrait quant à elle une surveillance complète du cycle de vie DevOps sur plusieurs projets dans une organisation.

« Vous aurez moins de possibilités de démocratiser votre solution si vous ajoutez sans cesse des fonctionnalités propriétaires », estime Said Sijbrandij.

Les modèles économiques doivent évoluer, et certains experts urgent les éditeurs open source à le faire. Cependant, la manière dont les éditeurs génèrent de la valeur en insérant des bouts de code propriétaire dans des projets open source est devenue un sujet de discorde. 

« À mon avis, le capitalisme et l'open source fonctionnent mieux lorsqu'il y a une forte concurrence basée sur l'égalité des chances », a déclaré Mark Collier, directeur de l'exploitation à la Fondation Openstack.

« Bien que je puisse compatir avec les entreprises qui sont menacées par les géants de cloud computing, restreindre la concurrence par des changements de licence pour s'assurer de votre propre monopole, a peu de chances de produire de grands bénéfices pour le marché ou l'open source ».

Pour approfondir sur Open Source

- ANNONCES GOOGLE

Close