bobo1980 - stock.adobe.com

Cybersécurité : Atos se renforce en faisant ses emplettes chez Econocom

Le groupe s’offre les compétences de pointe d’une jeune pousse créée en 2015 avec le soutien économique de l’ESN : digital.security. Cette dernière se distingue notamment par son expertise dans la sécurité des objets connectés.

Atos vient d’annoncer être entré en négociations exclusives avec les actionnaires de digital.security, une jeune pousse créée en 2015 avec l’aide financière d’Econocom. En janvier dernier, Thomas Gayet, responsable du Cert de digital.security traçait les grandes lignes d’un développement particulièrement rapide : il y a cinq ans, la jeune pousse était créée par 5 experts ; aujourd’hui, il faut compter plus de 250 collaborateurs.

Suite de l'article ci-dessous

Digital.security, ce sont des expertises en matière de sécurité IT, OT, mais aussi IoT. La jeune pousse assure des activités de R&D, de veille, de conseil et d’audit, mais aussi d’intégration. Pour le monde des objets connectés, Thomas Gayer dépeint ce qui ressemble à une exception : « nous traitons l’ensemble de la solution, de bout en bout, jusqu’à l’objet lui-même ». Et cela en tenant compte du hardware, des interfaces réseau, des protocoles, etc. L’objectif est simple : « conseiller les clients sur la sécurité à mettre en place dans leurs projets. Les exigences de sécurité ne sont pas les mêmes pour un thermomètre de jardin qui manipule des données publiques et une sonde remontant une température de fusion relevant du secret industriel ».

Accessoirement, certains fruits des activités de veille de digital.security sont publiés régulièrement sur un site Web dédié, IoTSecurityWatch. Et l’on voit bien là une certaine continuité avec l’acquisition d’IDnomic par Atosl’an dernier : le groupe voulait ainsi se renforcer dans la gestion des identités numériques, notamment en misant sur les infrastructures à clés publiques (PKI) pour la sécurité des objets connectés.

Pour ne rien gâcher, digital.security dispose des tampons PASSI et PASSI LPM. La jeune pousse contribue aussi à l’Intercert-FR. Et pour maintenir ses compétences, elle mise largement sur la formation interne, notamment parce que l’expertise est là, dans ses rangs, et qu’elle reste rare. Surtout dans des domaines comme la sécurité de l’IoT « où beaucoup reste à inventer ».

Dans un communiqué de presse, Pierre Barnabé, Senior Executive Vice-President, Directeur des activités Big Data & Cybersécurité chez Atos, replace cette acquisition dans une perspective plus large : « par ce rapprochement stratégique, Atos confirme sa position de leader sur le marché français et européen de la cybersécurité. Les consultants expérimentés et certifiés de digital.security viendront renforcer les équipes Atos et permettront de doubler nos effectifs dans le secteur de la cybersécurité en France ». Et d’assurer que « dans le sillage de nos dernières acquisitions, l’acquisition de digital.security démontre notre ambition de devenir le principal fournisseur de cybersécurité pour les organisations mondiales dans leur parcours de transformation digitale ».

Pour approfondir sur Cyberdéfense

- ANNONCES GOOGLE

Close