alphaspirit - Fotolia

Phishing : former ses utilisateurs est plus rentable

Une étude de l’institut Ponemon pour Wombat tend à montrer que former ses utilisateurs à identifier le hameçonnage et à y réagir de manière appropriée s’avère bien plus rentable que de devoir en gérer les conséquences.

Le hameçonnage peut coûter cher aux entreprises. Selon une étude de l’institut Ponemon pour Wombat, le coût du phishing s’élèverait en moyenne, aux Etats-Unis, à près de 4 M$, sur un an, par entreprise.

Et l’institut de détailler. Selon lui, le coût de maîtrise du logiciel malveillant ainsi distribué serait de l’ordre de 200 000 $, contre près de 340 000 $ pour celui qui a réussi à se propager hors de tout contrôle. A cela viendrait s’ajouter un peu plus de 1,8 M$ de perte de productivité, et encore plus de 380 000 $ de coût de remédiation de la compromission d’identifiants, et enfin plus de 1 M$ de coûts induits par la compromission d’identifiant non maîtrisée.

Pour Ponemon, une formation appropriée des utilisateurs peut permettre d’économiser 1,8 M$ par an en moyenne. Alors que Wombat propose des formations à moins de 4 $ par utilisateur, une entreprise de 10 000 salariés pourrait économiser quelque 184 $ par utilisateur et par an. De quoi largement plaider en faveur de la formation contre le hameçonnage.

Pour établir ses chiffres, l’institut Ponemon a sondé 337 responsables IT et RSSI aux Etats-Unis d’organisations comptant 1000 utilisateurs et plus. L’estimation du coût de maîtrise d’un logiciel malveillant est basée celle du temps consacré à la préparation, la collecte et à l’analyse des renseignements sur le logiciel malveillant, à l’enquête, au nettoyage des machines infectées, et enfin à la documentation : un total de plus de 30 000 heures-homme, selon une précédente étude de Ponemon pour Damballa, soit 1,9 M$. Mais le taux d’infection par phishing ne serait, selon l’institut, que de 11 %. D’où un coût de seulement 200 000 $ dans le cas du hameçonnage.

Les estimations du coût associé à une contamination non maîtrisée et de celui associé à une compromission d’identifiants de même nature sont d’ordres assurantiels : pour les établir, Ponemon se base sur la perte maximale probablement induite, et sur la probabilité de survenue de l’incident.

L’institut reconnaît des limites à son exercice. Toutefois, son étude à le mérite de donner une idée générale des avantages économiques que les entreprises pourraient bien trouver à sensibiliser sérieusement leurs utilisateurs aux risques du hameçonnage.

 

Pour approfondir sur Protection du poste de travail

- ANNONCES GOOGLE

Close