Sergey Nivens - Fotolia

La Chine se donne les moyens d'accéder aux clés de chiffrement

Le pays vient d’adopter une loi lui permettant d’exiger des entreprises technologiques la fourniture des clés de chiffrement, au motif de lutte contre le terrorisme.

Beaucoup en rêvent, plus ou moins ouvertement, la Chine l’a fait. L’Assemblée nationale populaire a en effet adopté, fin décembre, une loi présentée comme destinée à renforcer la lutte contre le terrorisme qui dispose notamment, comme l’indique Reuters, de l’obligation, pour les entreprises technologiques, de fournir les clés de chiffrement de leurs services sur demande des agences locales de sécurité.

Selon une dépêche de l’agence de presse chinoise Xinhua, ces entreprises pourront aussi être sollicitées pour « prévenir la dissémination d’informations sur le terrorisme et l’extrémisme ».

L’exigence de l’installation de portes dérobées destinées à ces mêmes agences, initialement envisagée, n’a toutefois pas été retenue. De quoi permettre à Li Shouwei, vice-président de la division droit pénal du comité des affaires juridiques de l’assemblée, d’affirmer que la nouvelle loi « n’affectera pas les activités normales des entreprises », ni leur « propriété intellectuelle ».

Cette approche rappelle celle présentée, au moins en public, par certains tenants d’une forme d’assouplissement du chiffrement des communications personnelles en faveur des autorités, dans les pays occidentaux. D’ailleurs, Li Shouwei estime que « cette clause reflète les leçons apprises par la Chine auprès d’autres pays, et résulte d’une vaste consultation de l’opinion publique ».

Et d’assurer qu’il n’est pas question que cette loi « ne viole pas la liberté de parole des citoyens sur Internet, ni leur liberté de religion ».  

Avec nos confrères de SearchSecurity.com (groupe TechTarget).

Pour approfondir sur Législation

- ANNONCES GOOGLE

Close