polygraphus - Fotolia

Memoscale met en avant son savoir-faire en matière de codes à effacement

La société norvégienne a profité du dernier IT press Tour pour dévoiler sa technologie de codes à effacement appliqués au stockage. Une technologie que la firme affirme être jusqu'à 2,5 fois plus efficace que celle des codes Reed Solomon traditionnels.

Lors d’un entretien avec la presse à l’occasion du dernier IT Press Tour, Per Simonsen, le CEO de Memoscale a fait le point sur les derniers développements de sa firme en matière de code à effacement (erasure coding).

Né en Norvège, Memoscale est le fruit de travaux de recherche initiés à l’Université de Trondheim (NTNU -Norwegian University of Science and Technology) autour des codes à effacements appliqués au monde des télécoms et du stockage. La firme compte actuellement six salariés, pour l’essentiel des spécialistes de la discipline, tous co-fondateurs de la firme. Elle est en partie financée par le fonds d’investissement de l’université de Trondheim.

Memoscale a développé son propre algorithme de code à effacement pour les systèmes de stockage. Selon Per Simonsen, cet algorithme est plus efficace que les codes à effacement dérivés des codes de correction Reed Solomon. Il se révèle non seulement plus efficace en matière d’occupation d’espace, mais également en matière de communications réseau en cas de reconstruction de données.

Les codes à effacement sont notamment utilisés dans les systèmes de stockage objet du marché et ils sont aussi de plus en plus populaires dans les systèmes de stockage SAN/NAS comme alternative aux mécanismes de protection traditionnels tels que le RAID.

Des performances supérieures à celles des codes Reed Solomon traditionnels

Selon Per Simonsen, l’algorithme de Memoscale est ainsi jusqu’à deux fois et demie plus efficace qu’un algorithme EC Reed Solomon en matière de reconstruction de données (il faut deux fois et demie moins d’échanges de données sur le réseau pour reconstruire un fragment de données corrompu). 

Cela se traduit aussi par des performances supérieures. Ainsi, selon Memoscale, sur un cluster de 11 serveurs équipés chacun d’un disque dur et utilisant un schéma de code à effacement de type 8+3 (les données sont découpées en 8 fragments protégés par trois fragments de parité), le débit de reconstruction est quasiment deux fois meilleur qu’avec un code Reed Solomon traditionnel optimisé avec une librairie comme ISA-L d’Intel ou JErasure. Selon Memoscale sa technologie permet d’encoder à un débit supérieur à 10 Go/s sur des serveurs Xeon E5v3 et de décoder les données à un débit allant jusqu’à 60 Go/s.

Memoscale propose sa technologie aux entreprises sous la forme de plug-ins pour Ceph, Swift et HDFS. Dans ce cas, la technologie est facturée en fonction du nombre de nœuds de stockage utilisés. La firme norvégienne vise aussi le marché des constructeurs et éditeurs de solutions de stockage en proposant sa technologie sous forme de librairie en C. L’objectif est alors d’intégrer sa solution d’erasure coding en remplacement de solutions de protection RAID traditionnelles.

Pour approfondir sur Software Defined Storage

- ANNONCES GOOGLE

Close