Guido Vrola - Fotolia

Virtualiser des postes de travail complets ou juste les applications ?

Choisir une méthode de virtualisation pour les postes de travail est une décision difficile pour n’importe quel administrateur. Il est important de considérer efficacité et expérience utilisateur pour faire le meilleur choix.

Les options ne manquent pas pour virtualiser pleinement les postes de travail ou seulement les applications. Voire pour adopter une approche hybride entre les deux. Pour choisir la bonne voie, il est important d’établir précisément ce que l’organisation cherche à réaliser avec la virtualisation.

Suite de l'article ci-dessous

La piste du poste complètement virtualisé

La virtualisation du poste de travail consiste à appliquer un système d’exploitation qui se déploie sur un client distant ou local. La DSI administre gèrent le système d’exploitation d’origine et les utilisateurs y accèdent via leurs appareils. Les postes virtuels hébergés – que l’on parle de VDI ou de Microsoft Remote Desktop Services – nécessitent une connexion RDP et peuvent être utilisés sur des clients légers, des smartphones ou encore des tablettes.

La virtualisation sur poste client s’appuie sur les ressources matérielles du terminal utilisé. Le système d’exploitation virtualisé peut résider sur une image disque distante stockée sur le réseau. Pour autant, il n’est pas nécessaire de disposer d’une connexion réseau permanente pour utiliser le poste virtuel.

Pourquoi opter pour cette voie ?

Il peut être pertinent, pour les organisations dépendant encore largement de Windows, d’adopter la virtualisation complète du poste de travail, avec le VDI, par exemple, parce que les utilisateurs ont besoin que toutes les applications leur soient accessibles. Utiliser un poste complet en outre aux utilisateurs de profiter d’une expérience cohérente avec leurs applications, entre poste physique et virtuel. Cela peut également s’avérer être une alternative plus stable que la virtualisation d’applications.

La virtualisation d’applications individualise l’expérience utilisateur pour la rendre spécifique à chaque application. Alors que quelque chose comme le VDI offre l’expérience d’un poste de travail complet. En outre, la virtualisation complète du poste de travail fonctionne bien lorsque l’entreprise veut permettre à ses employés d’utiliser plusieurs appareils. La plupart des éditeurs de solutions de VDI offrent des composants clients pour un vaste éventail de terminaux.

La virtualisation d’applications

Les employés ont de plus en plus besoin d’accéder à distance à des applications métiers. Alors au lieu de virtualiser l’ensemble du poste de travail, il est possible d’opter pour la virtualisation d’applications. Et là, deux pistes sont disponibles. La première consiste à exécuter les applications sur un serveur auquel le poste client se connecte via un protocole de déport d’affichage. La seconde est le streaming, qui consiste à ne charger, au lancement de l’application, que certains de ces composants ; les autres seront chargés à la demande, en fonction des besoins.

La DSI peut utiliser des produits tels que Citrix XenApp, Microsoft App-V et VMware ThinApp pour fournir ses applications. Les applications peuvent être affectées à des groupes d’utilisateurs spécifiques. Les administrateurs peuvent les supprimer, mettre à jour ou installer instantanément.

Pourquoi ne virtualiser que les applications ?

La virtualisation d’applications offre une formidable alternative à la virtualisation complète du poste de travail en fournissant à l’utilisateur des possibilités d’accès aux ressources à la demande. Qui plus est, si la DSI fournit à la fois des postes physiques et virtuels, la virtualisation d’applications peut simplifier la fourniture et l’administration des applications sur les deux types de postes de travail.

La virtualisation d’applications offre à la DSI le niveau de contrôle que permet le VDI, avec une souplesse supplémentaire pour le déploiement des applications. Et puis, avec la virtualisation d’applications, les ressources matérielles côté centre de calcul sont bien moins sollicitées. Enfin, la virtualisation d’applications peut également rendre plus simple, pour la DSI, l’authentification des demandes d’accès à des applications distantes spécifiques, et créer des règles spécifiques à certains utilisateurs et groupes.

Comment décider ?

La règle d’or consiste à déterminer si la virtualisation du poste de travail va améliorer ou pénaliser la productivité des utilisateurs, compte tenu des capacités et des limitations des solutions. Il convient également de garder à l’esprit que les éditeurs de VDI proposent des clients pour quasiment tous les appareils, ce qui n’est pas forcément le cas pour la virtualisation d’applications. Là, la seule solution consiste à combiner VDI et virtualisation d’applications. Mais en définitive, chaque type de déploiement de la virtualisation d’applications et de postes de travail a ses avantages et ses inconvénients. 

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

Close