Cet article fait partie de notre guide: Dossier SDN : la virtualisation réseau pour les datacenters

Comment les applications SDN vont changer les services réseau des couches 4 à 7

Les SDN ont certes le vent en poupe et les spécialistes des équipements réseaux s’engouffrent dans la tendance. Mais déployer ces technologies de réseaux programmables affectent les architectures. Cet article décrypte les incidences du SDN sur les services réseau des couches 4 à 7.

Alors que l’essentiel de l’attention portée à l’impact des réseaux programmables (sofware-defined network, SDN) s’est focalisée sur la banalisation de la commutation Ethernet et du matériel de routage des couches 2 et 3, les SDN auront également un impact majeur sur les services des couches réseau 4 à 7.

Que recouvrent les services réseau des couches 4 à 7 ?

Les services des couches 4 à 7 optimisent et sécurisent le réseau et dépendent d’un ensemble d’éléments disparates, notamment des outils d’équilibrage de la charge réseau, des appliances d’optimisation WAN, des pare-feu, des VPN SSL et des systèmes de détection et de prévention d’intrusion (IDS/IPS).

De façon agrégée, le marché réseau des couches 4 à 7 représente environ 10 milliards de dollars de dépenses des utilisateurs finaux. L’essentiel de ces dépenses concerne des appliances réseau physiques intégrées au logiciel et fortement liées au réseau sous-jacent pour réduire la latence, permettre un niveau de performance hautement extensible et assurer la fiabilité.

Comment les applications SDN vont changer les services des couches 4 à 7

Les SDN peuvent changer les services réseau des couches 4 à 7 en permettant des applications virtuelles d’équilibrage de charge, d’accélération WAN et d’appliances de sécurité réseau. Ces appliances virtuelles utilisent les informations recueillies par les contrôleurs SDN et fournissent une vision holistique du réseau physique et virtuel. Les appliances virtuelles des couches 4 à 7 utilisent ensuite ces informations en conjonction avec la capacité de programmation granulaire des flux du réseau pour activer des services spécifiques aux applications dans le contexte d’une architecture SDN globale.

Lorsqu’il s’agit de sécurité, par exemple, les SDN peuvent utiliser ces informations pour que l’ingénierie de trafic dirige les flux vers des pare-feu ou des éléments IDS/IPS spécifiques, aidant ainsi à mettre en correspondance la bonne application de sécurité avec le bon flux de trafic. De plus, séparer l’aspect logique de l’aspect physique du réseau permet aux caractéristiques des couches 4 à 7 de suivre l’application lorsque les machines virtuelles migrent vers de nouveaux emplacements physiques.

Utiliser les applications SDN pour les services réseau des couches 4 à 7 peut également permettre de réaliser des économies. Les éléments traditionnels à base de matériel des couches 4 à 7 peuvent être assez coûteux, alors que les technologies SDN proposent souvent la même fonctionnalité pour un investissement inférieur. Dans le même temps, les SDN peuvent améliorer l’automatisation des services réseau des couches 4 à 7, diminuant ainsi les coûts d’exploitation.

Un certain nombre de start-ups SDN adoptent déjà ces technologies pour apporter de meilleurs services des couches 4 à 7, parmi lesquelles Embrane, ADARA, Big Switch, LineRate (maintenant intégré à F5), Anuta Networks, Pluribus Networks et V-Armour Networks.

Les SDN pour les couches 4 à 7 ne sont pas encore prêts pour le devant de la scène

La difficulté de l’application des SDN aux couches réseau 4 à 7 est que ce segment de marché représente un ensemble divers d’applications très spécialisées qu’il est difficile de consolider et de centraliser. De plus, un matériel spécialisé est souvent nécessaire pour fournir des services de haute performance pour les services des couches 4 à 7.

À court terme, les possibilités des couches 4 à 7 des SDN seront probablement utilisées par des entreprises de taille moyenne. Mais, à long terme, les SDN ont le potentiel d’impacter de façon significative les appliances traditionnelles des couches 4 à 7 en proposant des fonctionnalités à base de logiciel plus souples, faciles à gérer et moins coûteuses. Les entreprises à la pointe des couches 4 à 7 devront améliorer leurs solutions avec des technologies SDN pour maintenir leur avance sur ce marché.

 

L’auteur

Lee Doyle est analyste senior chez Doyle Research. Doyle Research fournit des analyses ciblées sur l’évolution des réseaux intelligents : SDN, OPEX et COTS. Lee Doyle a 28 ans d’expérience dans l’analyse des marchés IT, réseau et télécoms. Pour davantage d’informations, consultez doyle-research.com, envoyez-moi un message à ldoyle@doyle-research.com et suivez-moi sur Twitter @leedoyle_dc.

Dernière mise à jour de cet article : août 2014

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close