McLaren sécurise sa collaboration avec Intralinks

McLaren, le constructeur automobile, a retenu les solutions de collaboration d’Intralinks pour partager les informations critiques entre ses différents métiers.

McLaren, le constructeur automobile, a retenu les solutions de collaboration d’Intralinks pour partager les informations critiques entre ses différents métiers. Les ingénieurs du McLaren Group, qui englobe les activités Race Team, Automobile, Electronics Systems et Applied Techology ont recours à la technologie VIA d’Intralinks pour sécuriser leurs mécanismes de collaboration en entreprise lorsqu’ils partagent des éléments liés à la propriété intellectuelle.

« Vodafone MacLaren Mercedes avait réellement besoin d’une plate-forme de collaboration en laquelle nous pouvions avoir confiance pour partager nos informations très critiques, mais aussi capable de répondre aux besoins de notre activité », affirme Stuart Birrell, le DSI de McLaren. « Avec des solutions comme Intralinks VIA, nous pouvons échanger des données avec nos fournisseurs, nos partenaires et nos équipes présentes sur les courses avec une plus grande confiance, et ce plus rapidement. Ce qui est plus productif », a-t-il ajouté.

Le groupe et ses ingénieurs s’appuient sur ces solutions pour notamment partager des schémas, des spécifications ainsi que des documents. Toutefois, éloigner l’ensemble de l’équipe de Dropbox nécessite une chargement de culture dans l’entreprise.  « Lorsque j’ai rejoint le groupe il y a deux ans, une quantité importante d’informations était mise en partage de façon non sécurisée. Nous devions faire quelque chose », ajoute-t-il.

La problématique culturelle

L’entreprise se reposait fortement sur Dropbox pour tout ce qui était partage de fichiers. Mais Birrell confirme toutefois que la solution n’est pas encore pleinement déployée. Un certain nombre d’ingénieurs utilisent encore le service de partage américain. « Nous n’avons pas éliminé Dropbox et nous ne le feront jamais », assure-t-il. « Le problème réside dans le fait de convaincre les ingénieurs qui maîtrisent et adorent tous Dropbox. Comment parvenir à les persuader de migrer vers un environnement plus contrôlable et plus sécurisé ? »
Sur les 800 ingénieurs, entre 20 et 30 employés clé de l’entreprise ont utilisé l’application VIA qui a été déployée en septembre 2013, lorsque des modules d’administrations se sont greffés à la plate-forme. « Ils en sont devenus les avocats », explique-t-il, soulignant qu’un des autres enjeux a été de changer la culture d’une entreprise de quelque 2 500 employés.
Chez McLaren, l’application protège la propriété intellectuelle de la société. « Cela est devenu un élément précieux et de grande valeur ».

Envisager le futur

Alors que le groupe tente de se diversifier, hors de ses activités liées à la F1, à travers des divisions axées sur l’industrie automobile et l’électronique, le nombre de technologies brevetées a progressé. «L’ IP est devenu important sur le long terme, et pas uniquement pendant la saison de course », souligne-t-il. Et au fur et à mesure que les activités vont s’étendre, des interactions vont émerger d’une chaîne logistique plus étendue ». « Il s’agit de sécuriser cela. Où sont mes pare-feux et quel périmètre à protéger ? »

Selon lui, la solution VIA fournit la capacité de gérer le contenu, mais après l’avoir transmis, derrière le pare-feu. Une fois un schéma expédié à un fabricant, le DSI ne souhaite pas qu’il reste au sein des systèmes de l’entreprise, une fois le produit fabriqué. « L’un des gros avantages de VIA est de disposer de ce niveau de contrôle, une fois que vous avez quitté les bureaux, vous pouvez supprimer les documents à distance. » De son côté, Dropbox ne propose aucun contrôle, une fois le pare-feu passé.

Le DSI affirme avoir retenu Intralinks à cause de la solidité de sa sécurité. Une salle de traitement virtuelle (VDR) permet de contrôler la façon de partager des documents confidentiels hors de l’entreprise. Birrell met également en avant l’approche de l’éditeur en matière de développement et d’innovation.

L’application Saas est agnostique en terme de terminaux et fonctionne aussi bien sur le poste de travail, les tablettes et les smartphones. Des modules standard M2M, non connectés aux systèmes internes de McLaren, seront à terme intégrés via un FTP sécurisé pour permettre d’envoyer des schémas automatiquement aux fournisseurs.

Traduit et adapté par la rédaction.

Pour approfondir sur Outils collaboratifs

Close