Romolo Tavani - Fotolia

Rainforest Connection : l'IoT, le Cloud et l'analytique protègent la forêt tropicale

La transformation numérique s’applique également à la lutte contre le réchauffement climatique. En atteste le projet de Rainforest Connection, qui s’appuie sur SAP Cloud for Analytics, pour proposer un outil de surveillance électronique des forêts tropicales.

Responsable de près de 17% du changement climatique (contre 13% pour les émissions de CO2 liés aux transports) la déforestation, et notamment celle des forêts tropicales, est un enjeu clé du XXIe siècle. D’autant que plus de la moitié du phénomène au moins est produit en toute illégalité.

C’est de ce constat qu’est née l’initiative non gouvernementale Rainforest Connection pour laquelle SAP a mis à disposition son savoir-faire en matière d’IoT et d’Analytics. Le projet consiste à mettre en place, dans les forêts tropicales, un réseau de capteurs sonores susceptibles d’alerter en temps réel sur la présence d’exploitants illégaux.

Les ingénieurs de Rainforest Connection ont développé – à partir de téléphones mobiles recyclés – des systèmes rendus étanches et à l’autonomie importante (chaque téléphone est conçu pour n’être maintenu physiquement qu’une fois par an). Ces « capteurs » sont déployés dans la forêt elle-même. Chaque module peut protéger jusqu‘à 300 hectares de forêt.

Le réseau ainsi constitué remonte en temps réel le son émis par la forêt. Les différentes fréquences sonores sont analysées et les alertes sont reportées directement auprès des équipes locales de surveillance de la forêt et de lutte contre la déforestation criminelle.

Par exemple, explique Ronald Cliejn, Customer Innovation Expert en charge du projet pour SAP, « certains oiseaux cessent totalement de chanter dès lors qu’il y a une présence humaine. Et le son des tronçonneuses est couvert par le bruit de la forêt pour une oreille non avertie, mais sa fréquence est totalement spécifique pour un système d’analyse acoustique ». 

 

Reposant sur un système de captation assez rustique – notamment du fait des conditions rencontrées – le dispositif intègre cependant un nombre important des technologies plus avancées.

« L’ensemble des flux acoustique est archivé et des équipes de biologiste aident régulièrement à affiner la compréhension à distance de ce qui se passe. Une couche de Machine Learning est appliquée pour qu’avec le temps le système d’alertes devienne le plus performant possible ».

Côté SAP l’interface repose sur une partie des outils d’analyses de données de l’éditeur à travers SAP Cloud for Analytics.

« En mobilité ou sur les centres, toutes les données sont accessibles en temps réels. Les Rangers (en charge de la surveillance des forêts, ndlr) peuvent prendre directement la main sur le réseau afin de vérifier en direct une alerte. Et des outils de statistiques et de géolocalisation sont disponibles sur une interface unique ». 

D’abord remontées dans un système propre à Rainforest Connection les données y subissent un premier niveau de tri et d’analyse avant d’être reversée et traitée par SAP Cloud Plaform et notamment de la base In Memory HANA. Le In-Memory trouve ici une application pertinente puisqu'il s'agit d'accélérer des traitements et de les restituteur en temps réel.

Le fait de passer par une plateforme intégrée permet également de profiter des outils de gestion de rôle et de profils.

Rainforest Connection se présente aujourd'hui en opérateur et ouvre des comptes au profit des autorités locales afin de personnaliser au maximum les usages en fonction des besoins spécifiques de chaque acteur du terrain.

Au final des forêts en Indonésie, en Amérique du Sud ou bien en Afrique sont d’ores et déjà équipée. Et le déploiement se poursuit.

Dernière mise à jour de cet article : mars 2018

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close