peshkov - stock.adobe.com

VMware peaufine son outil de construction de cloud VMware Cloud Foundation

La version 2.3 de VMware Cloud Foundation apporte une intégration avec les outils d'administration et d'automatisation de la suite vRealize. Elle supporte aussi des configurations à base de serveurs hétérogènes et ajoute la compatibilité avec les plates-formes serveurs Intel "Purley" ainsi qu'avec les commutateurs Arista

VMware a profité de la nouvelle année pour annoncer le lancement prochain de VMware Cloud Foundation 2.3, sa pile logicielle intégrée pour le déploiement et la gestion d’infrastructures Cloud privées, publiques et hybrides.

VMware Cloud Foundation est l’héritier des travaux initiaux menés par VMware sur EVO SDDC, son premier effort de développement d’une offre de cloud privée. Le logiciel a ensuite été redéveloppé pour devenir la pile de référence de VMware pour ses développements de cloud public, mais aussi pour devenir le socle des appliances de cloud privé VMware de Dell EMC (VxRack), d’HPE (Synergy), Fujitsu (Primeflex for VMware) ou Hitachi Vantara (Hitachi UCP RackScale).

Dans ce dernier cas, les constructeurs ont la possibilité d’enrichir la solution, en intégrant par exemple à SDDC Manager leurs outils de gestion du cycle de vie des matériels (gestion de firmware, application des correctifs, etc.) comme le fait Dell EMC pour VxRack ou en ajoutant des fonctionnalités additionnelles.

Une intégration complète avec la suite vRealize

VMware Cloud Foundation réunissait jusqu’alors les composants principaux de l’offre VMware, à savoir vSphere, VSAN, NSX, vCenter 6.5 et vRealize Log Insight. La solution inclut aussi SDDC Manager, un outil de déploiement, d’automatisation et de gestion du cycle de vie qui permet d’installer et de maintenir la pile logicielle de VMware en condition opérationnelle. Une des nouveautés de la version 2.3 est l’intégration possible avec les composants d’administration et de supervision de l’éditeur vRealize Automation et VRealize Operations, qui peuvent désormais être ordonnancés par SDDC Manager.

L’outil déploie la suite vRealize selon les meilleures pratiques documentées dans la version 4.1 des VMware Validated Designs afin de fournir une plate-forme d’administration de cloud complète pour la solution de VMware.

 Simplifier et automatiser le déploiement d'un cloud VMware

Comme nous l’a expliqué Marc Frentzel, le directeur technique de VMware France, SDDC Manager permet de simplifier de façon drastique le déploiement et la configuration d’une infrastructure VMware. Selon lui, un processus qui habituellement peut nécessiter des semaines voire des mois est ainsi réduit à quelques heures. Atout supplémentaire, SDDC Manager permet d’accélérer la standardisation des infrastructures et garantit la répétabilité des opérations.

« Au jour 0, SDDC Manager permet de réduire la préparation et la validation des logiciels et des matériels nécessaires à la mise en œuvre d’un cloud. la préparation est réduite au minimum et l’installation se fait de façon automatisée. Au jour 1, SDDC Manager apporte une flexibilité accrue pour ajouter ou réduire les ressources dans l’infrastructure ou pour réallouer des applications. Enfin, en jour 2, l’intégration de vRealize Automation et de VRealize Operations permet de simplifier l’exploitation au quotidien », indique M. Frentzel.. 

Un dernier bénéfice de VMware Cloud Foundation est qu’il permet la mise en place d’approches de cloud hybride entre une entreprise ayant construit son cloud privé avec la technologie et un cloud public qui met en œuvre la pile de VMware.

Support des configurations hétérogènes et des serveurs Intel "Purley"

Parmi les autres nouveautés de la version 2.3, Cloud Foundation permet plus d’hétérogénéité parmi les nœuds d’un cluster. Ceux-ci n’ont plus besoin d’être identiques en termes de CPU, de mémoire ou de stockage. Il est possible de combiner des configurations différentes au sein d’un rack (pour peu que celles-ci restent conformes à la liste de compatibilité de VMware).

Ce support de configurations hétérogènes fait que SDDC Manager doit désormais s’assurer que les prérequis sont satisfaits avant de sélectionner des serveurs et de créer des « workload domains ». L’outil permet aussi de guider les administrateurs dans le choix manuel des serveurs qui seront utilisés pour un workload domain.

Pour mémoire, un workload domain est un concept propre à SDDC Manager qui comprend un certain nombre d’hôtes vSphere, une instance de vCenter, un datastore VSAN et une version de NSX. Ces ressources sont mises à la disposition d’un groupe d’application ou d’une entité métier. SDDC Manager permet à un administrateur de créer d’étendre, de patcher ou d’effacer facilement les workload domains, simplifiant ainsi l’allocation et l’optimisation des ressources au sein du datacenter.

Une dernière nouveauté apportée par la version 2.3 du logiciel est le support des dernières plates-formes serveur Intel Xeon (nom de code « Purley ») ainsi que celui des commutateurs Arista 7280SR (A).

VMware Cloud Foundation 2.3 est disponible immédiatement. La version intégrant la suite vRealize devrait être disponible le 3 février prochain et incorporera l’intégralité des correctifs développés par VMware pour les failles Spectre et Meltdown.

PRO+

Contenu premium

Accéder à plus de contenu PRO+ ainsi qu'à d'autres offres réservées aux membres.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close