3dmentat - Fotolia

Vers la solution aux problèmes de stockage secondaires ?

Pour être efficace, une gestion du stockage doit faciliter l’adoption de la gestion des copies de données (CDM) et du stockage objet tout en permettant aux stockages secondaires d’évoluer

Cet article se trouve également dans ce contenu premium en téléchargement : STORAGE: Storage 10 : Stockage et Conteneurs:

Toutes les grandes entreprises utilisent des services de stockage secondaire - par exemple des applications de protection des données, à des fins de sauvegarde, de reprise après désastre et d’archivage. Nombre d’entre elles mettent également en œuvre la gestion des copies de données (CDM pour Copy Data Management) qui consiste à créer une copie de référence des données, dite « gold », pour prendre en charge de multiples cas d’utilisation secondaires (développement et test d’applications, analytique métier, protection des données et bien d’autres encore).

Dans le même temps, l’adoption du stockage objet se développe rapidement, convergeant avec la CDM pour assurer le stockage à très grande échelle (de l’ordre du péta-octet) d’applications exigeantes en capacité - telles que les dépôts et les outils de partage de contenus dans des environnements géographiquement distribués.

Ces plateformes de stockage de données secondaires offrent des services de données performants pour la copie, la compression, la migration et la récupération de données, mais la plupart des entreprises rencontrent des problèmes lorsqu’il s’agit de faire coïncider ces services avec leurs impératifs de stockage pour l’utilisateur.

Trois facteurs compromettent généralement l’efficacité de la gestion du stockage : l’impossibilité d’automatiser la mise en conformité pour se conformer au SLA, la nécessité de gérer les données secondaires à l’aide de différents produits de stockage et l’incapacité à prendre des décisions motivées fondées sur les données.

Confrontés à ces limitations, les administrateurs IT se posent souvent des questions, du genre :

  • Comment m’assurer que nous fournissons les performances, la résilience, la gouvernance et la capacité nécessaires pour chaque division et chaque workload applicatif ?
  • Comment simplifier les opérations de stockage pour des utilisateurs aux besoins très divers en matière de données ?
  • Et comment savoir si notre stockage offre le meilleur rapport qualité/prix ?

Pour rendre leurs services de stockage plus efficaces, les fournisseurs doivent faire évoluer leurs produits de façon à proposer une gestion granulaire des données au sein d’un stockage secondaire convergé.

Ils doivent plus particulièrement en finir avec les modèles basés sur des règles et les systèmes de stockage disparates pour fournir des produits de stockage à définition logicielle (SDS, Software-Defined Storage) qui automatisent la conformité aux SLA, prennent en charge de nombreux cas d’utilisation des données secondaires et offrent un positionnement intelligent des données. C’est ainsi que leurs produits contribueront à améliorer la satisfaction des utilisateurs, à rationaliser les opérations informatiques et à réduire les coûts de stockage.

Je manque de place dans cette chronique pour détailler toutes les conditions susceptibles de renforcer l’efficacité des services de stockage de données secondaires. Je les ai donc regroupées en trois catégories que j’estime essentielles, en citant pour chacune des fournisseurs représentatifs.

Capacité à déterminer le niveau de conformité aux SLA

Un portail Web pour la gestion de la conformité aux SLA constitue l’une des fonctionnalités les plus critiques pour les services orientés métier. Il doit promouvoir une collaboration régulière entre les divisions et les administrateurs, dans le but de créer des profils SLA spécifiques, d’automatiser le suivi des opérations de stockage, d’offrir une visibilité via des tableaux de bord pour assurer la conformité aux SLA et d’alerter les administrateurs et les utilisateurs dès que les opérations sur les données sortent du cadre des SLA définis.

Les profils SLA ne doivent pas se limiter à établir des objectifs de récupération et de rétention des données, mais permettre de fixer de nombreux paramètres : conditions propres aux applications, nombres minimum et maximum de copies, règles de gouvernance et de sécurité des données, seuils de migration des données et de coût du stockage en fonction des budgets des utilisateurs, etc.

La plupart des fournisseurs de CDM vous permettent de définir des exigences en matière de SLA à l’aide de modèles de règles. Avec son produit eCDM, Dell EMC va encore plus loin pour assurer une conformité aux SLA sur tout le cycle de vie, en surveillant la qualité de service par rapport aux SLA afin de déterminer le niveau de conformité.

Produits SDS unifiés

Selon le scénario d’utilisation, les données secondaires présentent des exigences différentes en termes de performance et de capacité. Par ailleurs, les produits de stockage secondaire doivent transférer aisément les données entre les niveaux de stockage flash, sur disque dur et en Cloud, en fonction de règles de stockage régies par les paramètres des SLA.

Par exemple, un workload de test/développement, qui utilise des E/S aléatoires, devra bénéficier d’un accès prioritaire au stockage flash, tandis qu’une tâche de sauvegarde, qui fait appel à des E/S séquentielles, sera orientée vers un stockage sur disques durs. Les référentiels de contenu destinés aux fichiers vidéo, image et audio, dont les besoins de stockage se chiffrent en péta-octets, doivent être placés dans un stockage objet scale-out qui assure des performances linéaires à mesure que la capacité augmente.

En outre, les paramètres des SLA permettent de transférer les données vers un stockage en Cloud économique dès que le taux d’utilisation tombe en dessous d’un certain seuil.

Il convient également de faire appel à des services d’efficacité (compression et déduplication) et de sécurité des données (chiffrement), conformément aux paramètres des SLA.

Les acteurs du marché de la CDM, dont Actifio et Cohesity, intègrent des fonctions de migration des données fondées sur des règles qui comprennent des niveaux de stockage flash, sur disque dur et en Cloud. Cohesity offre l’avantage de prendre en charge en toute transparence de grands volumes de données, grâce à son architecture hyperconvergée et scale-out de stockage des données secondaires. IBM Spectrum Copy Data Management automatise la hiérarchisation des données et IBM Cloud Object Storage, qui possède des fonctionnalités de stockage scale-out, fait partie de la gamme des solutions de stockage d’IBM.

Indexation et découverte des données 

La plupart des produits de CDM et de stockage objet peuvent créer un index des métadonnées, puis effectuer des recherches et générer des rapports au niveau du disque de la machine virtuelle, du volume de stockage et des fichiers. Ce type de reporting aide à comprendre l’utilisation du stockage, à suivre les tendances et à déterminer la capacité disponible, mais se révèle incapable de fournir la visibilité détaillée nécessaire pour améliorer la sécurité, évaluer la conformité des données et rechercher des fichiers en fonction de leur contenu.

Cohesity Data Platform, en revanche, est un bon exemple de produit doté de fonctions puissantes de visibilité des données. L’outil de recherche approfondie de ce logiciel de CDM permet de rechercher des données dans les fichiers, en leur appliquant des requêtes personnalisées et un filtrage par motif. Cette fonctionnalité de recherche textuelle s’avère précieuse lorsque les entreprises recherchent des fichiers à partir de leur contenu, notamment pour garantir la conformité des données en localisant les fichiers qui renferment des données sensibles (noms d’utilisateur et mots de passe, par exemple).

Conclusion

Les applications et services de stockage des données secondaires du type CDM ont évolué. Grâce à des fonctions d’automatisation à base de règles et de consolidation des données secondaires, elles apportent désormais d’importantes améliorations sur le plan opérationnel et des économies substantielles sur le coût du stockage.

Pour favoriser l’adoption de la CDM et du stockage objet, et rentabiliser davantage la gestion des données secondaires, je pense que les fournisseurs doivent mettre pleinement en œuvre une administration efficace du stockage centrée sur l’utilisateur, en la libérant des contraintes qui obligent les entreprises à utiliser des logiciels de gestion incompatibles et à multiplier les plateformes de stockage. Ce n’est qu’à cette condition que leurs clients réaliseront les gains de productivité et les économies de coûts nécessaires à une adoption massive. n

Dernièure mise à jour de cet article : septembre 2017

PRO+

Contenu premium

Accéder à plus de contenu PRO+ ainsi qu'à d'autres offres réservées aux membres.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close