ITER aura un supercalculateur signé Bull

La communauté européenne de la Fusion, associée dans le cadre du projet de réacteur nucléaire à fusion expérimental Iter, disposera d’un supercalculateur d’une puissance de 100 Tflops, le HPC-FF de Bull ; un système dont la responsabilité reviendra au centre de recherche allemand de Julich, un centre lié au centre de calcul français du CEA à Bruyères-le-Châtel.

La communauté européenne de la Fusion, associée dans le cadre du projet de réacteur nucléaire à fusion expérimental Iter, disposera d’un supercalculateur d’une puissance de 100 Tflops, le HPC-FF de Bull ; un système dont la responsabilité reviendra au centre de recherche allemand de Julich, un centre lié au centre de calcul français du CEA à Bruyères-le-Châtel. Le HPC-FF sera monté en grappe avec JuRoPA, un autre supercalculateur signé Bull (quoique assemblé avec une majorité de serveurs x86 et de serveurs de stockage d'origine Sun) et commandé en 2008. L’ensemble devrait disposer d’une puissance de calcul de l’ordre de 300 Tflops.

Le couple HPC-FF/Juropa ne sera pas exclusivement dédié à la recherche et au développement dans le cadre du projet Iter – un cadre dans lequel il se concentrera notamment sur la modélisation et l’étude des phénomènes de turbulences dans les plasmas. Sa puissance de calcul sera également mise à profit dans le cadre de recherches sur la physique des particules, avec la perspective d’applications dans la physique des plasmas et celle des matériaux.

L’installation de HPC-FF est programmée pour le premier trimestre de cette année. Le supercalculateur s’appuiera notamment sur 540 exemplaires des prochains serveurs serveurs NovaScale  R422 E2, à base de Xeon "Nehalem". Chacun de ces noeuds de calcul embarquera deux des tous derniers Xeon d’Intel et 3 Go de mémoire vive. L’ensemble sera stocké dans 20 racks équipés de portes à refroidissement liquide.

Pour approfondir sur HPC

- ANNONCES GOOGLE

Close