Crise : Informatica cale après 31 trimestres de croissance continue

La spécialiste de l’intégration de données a publié des résultats en baisse après 31 trimestres de croissance. Informatica évoque certes un climat économique très incertain, mais également un manque d’anticipation de la crise dans la Vieille Europe. Le groupe remplace son patron des opérations de terrain.

Informatica cale au second trimestre 2012. Le spécialiste de l’intégration de données et du MDM, a publié un chiffre d’affaires en recul de 1,1% ainsi qu’un bénéfice net en forte baisse de 23,3%. Comme frappé par la crise, la société de Redwood City n’est pas parvenue à poursuivre sur sa lancée du premier trimestre, où elle avait publié des résultats qualifiés à l’époque de record. Au T2, le CA atteint 190,4 millions de dollars, pour un bénéfice net de 20,1 millions de dollars. Mais surtout ce second trimestre vient rompre un cycle de croissance continue qui durait depuis 31 trimestres.

Sur la période, Informatica a notamment été confronté à une baisse des ventes de licences, qui ont fléchi de 17,8% en un an. Le CA généré par les licences affiche 70,9 millions de dollars. Les services, qui tirent généralement la croissance du groupe, ont quant à eux, maintenu le cap, en progression de 12,4% (pour un CA de 119,5 millions de dollars). Les revenus liés à la maintenance sont de 88,4 millions de dollars, en hausse de 14%, ceux liés au conseil, à l’éducation et à la souscription de 31,1 millions de dollars (+8%).

Lors d’un webcast, Sohaib Abbasi, président et CEO d’Informatica a expliqué que cette baisse des résultats était due à une combinaison de deux facteurs. Premièrement, un climat économique tendu et «une incertitude macro-économique» en Europe, qui s'est traduite par le décalage de la signature de certains contrats. Cette crise européenne s’est également répercutée sur les Etats-Unis.

Deuxièmement, et c’est un point clé, le CEO évoque également «un manque d’anticipation de cette incertitude macroéconomique en Europe qui a impacté les cycles d’achats des clients». Grosso modo, Sohaib Abbasi pointe du doigt un manque de discipline dans la gestion, qui a provoqué un «problème d’exécution des ventes».

L’actuel vice-président exécutif des opérations dans monde (Worldwide Field Operations), Paul Hoffman, semble en faire les frais. Il est remplacé par John McGee, qui a dirigé la société britannique Thunderhead et est aussi l'ex vice-président des opérations de terrain d’Adobe.

Pour le 3e trimestre, Earl E. Fry le CFO d’Informatica table sur un CA compris entre 196 et 206 millions de dollars. Pour l’ensemble de l’exercice 2012, le groupe vise une fourchette comprise entre 812 et 832 millions de dollars.




Pour approfondir sur Editeurs

-ADS BY GOOGLE

Close