Un marché des 100 premiers éditeurs français toujours éclaté

PwC, en partenariat avec Pierre Audoin Consultant et l’Afdel, livrent une cartographie constrastée des 100 premiers éditeurs de logiciels en France. Un marché trusté par un Dassault Systèmes dominant, poursuivi par une cohorte d’entreprises innovantes animées par le Saas, notamment. Talend entre directement à la 18e place, signe de la maturité du modèle économique de l’Open Source

«Une année 2011 contrastée.» C’est ainsi que Pierre Marty, associé PwC spécialiste du secteur logiciel, présente l’édition 2012 du Top 100 des principaux éditeurs de logiciels en France, réalisé en partenariat avec le cabinet Pierre Audoin Consultants et l’Afdel (Association des éditeurs de logiciels et Solutions Internet). Si le secteur a fait état d’un dynamisme affirmé, avec une croissance de 12% en un an, le marché des éditeurs hexagonaux reste éclaté et peu homogène, note le rapport. Un constat à double tranchant mais que les patrons du secteur - réuni hier par l'Afdel pour sa grand messe annuelle - veulent positifs, tout le monde évoquant un foisonnement riche. 

Cette croissance est cependant distribuée de façon hétérogène. Ainsi, en 2011, seules 7 sociétés affichent un taux de croissance supérieur à 50%, alors que 17 autres montrent une courbe descendante de leurs revenus. Dassault Systèmes domine encore largement et tire quasiment à lui seul le marché de l’édition en France dans ses grandes masses. Si l’éditeur compte en 2011 pour 34 % du chiffre d’affaires total du secteur, le reste du marché reste partagé entre des entreprises de taille qui progressent à un rythme plus lent, et ce que PWC - positif - qualifie de «foisonnement» de petites sociétés innovantes. La rapport note que 50% des entreprises de ce classement réalise un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 16 millions d’euros.
On remarque ainsi que les entreprises classées entre la 2 et 10e place comptent pour 26% du CA total, entre la 11e et la 50e place 28%, et entre la 51e et 100e place 12%.

Toutefois, Pwc décèle un certain dynamisme du secteur. Sur cinq ans, note le cabinet, le chiffre d’affaires cumulé des 100 premiers éditeurs a progressé de plus de 30% alors que le PIB ne haussait, au mieux, de 2%. Autre signe de dynamisme, souligne encore Pierre Marty, «près d’un tiers des éditeurs constituant ce classement en 2011 ne figurait pas dans le classement cinq ans plus tôt ; et, parmi ceux déjà présents en 2007, un bon tiers à fait croître son chiffre d’affaires annuel de plus de 50%.» Toutefois,le secteur est marquée par une concentration «limitée» avec seulement 11 éditeurs, classés dans le Top 100 en 2007, qui sont passés dans le giron de grands groupes. «Ce qui, sans être négligeable, n’est pour autant pas aussi important que ce que l’on pourrait penser», commente Pierre Marty.

Des champions poussés par le Saas

Qui sont les champions du secteur ?  7 sociétés dont le taux croissance a dépassé largement les 50%. Criteo, un spécialiste du ciblage de publicité en ligne, enregistre ainsi la progression la plus importante en une année avec une hausse de 268% de ses revenus. La société se classe à la 20e position avec un CA de 50 millions d’euros. Talentsoft (97e) dépasse les 100% de croissance avec des revenus de 8 millions d’euros. Suivent Talend, Masternaut, EmailVision, Kyriba, Neolane, Keynectis, Efront et Oodrive. Talend se démarque toutefois en entrant directement dans ce classement à la 18e place, avec un CA de presque 55 millions d’euros. La société de Bertrand Diard - très implantée aux Etats-Unis -  fait ici office de figure emblématique des entreprises innovantes françaises et témoigne d’un intérêt du secteur pour le modèle économique de l’Open Source. Talend est spécialisée dans les solutions middleware d’intégration de données, de MDM (Master Data Management) et de bus de services (ESB - Enterprise Service Bus).



cap1pwcjpg

Sans surprise, le Cloud Computing, et surtout le modèle Saas, agit comme un catalyseur de la croissance des éditeurs en France au fur et à mesure que le marché se positionne sur ce mode de distribution du logiciel, de façon partielle ou total. Ainsi, en 2011, constate PwC, alors que les revenus tirés des ventes licences et de maintenance progressent de 11% chez les 100 premiers éditeurs français, le Saas affiche un taux de croissance de 47% en un. Le Saas a généré un CA de 359 millions d’euros et compte pour 8% du CA total logiciel en 2011, contre 5% en 2010. Et ce modèle semble profiter au secteur, rapporte la cabinet. Cinq des 10 éditeurs ayant connu les plus fortes croissances en 2011 sont des pure-players du genre : Criteo, TalentSoft, eMailVision, Oodrive et enfin Kyriba.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close