Facebook se paie pour 550 M$ de brevets AOL auprès de Microsoft

Dans la ligne de mire de Yahoo, Facebook parvient à récupérer 650 brevets AOL, rachetés récemment par Microsoft. Le groupe de Mark Zuckerberg entend consolider son portefeuille de technologies brevetées pour se protéger. Microsoft compte les points.

AOL qui vend à Microsoft qui revend à Facebook et qui empoche une plus value. C’est ainsi que pourrait être résumé le tour de passe-passe auquel se sont livrés ces trois du IT en ce début de semaine. Hier, lundi 23 décembre, Microsoft et Facebook ont en effet annoncé avoir conclut un accord portant sur la revente de 650 brevets AOL, obtenus par le premier mi-avril, au second. Montant de la transaction : 550 millions de dollars. Selon les termes exacts de la transaction, les deux partenaires ont également noué un accord de licence croisée :  Microsoft disposera d’une licence d’exploitation sur ces technologies cédées, et Facebook sur celles de Microsoft non comprise dans cette revente - mais qui font partie des brevets acquis à AOL.

Une opération jugée profitable pour Redmond, qui par voie de communiqué, indique converser la propriété de quelque 275 brevets et posséder une licence sur 650 autres. «L’accord scellé avec Facebook nous permet de rentrer pour moitié dans nos coûts tout en ayant atteint nos objectifs visés avec les enchères AOL.» Enchères auxquelles rappelons le Facebook avait également participé, mais intéressé par une partie des brevets, le groupe avait du laisser le champ libre à Microsoft.

De son côté, Facebook souligne que cette acquisition marque une étape «importante» pour le groupe et s’inscrit dans une stratégie de «construction d’un portefeuille de propriété intellectuelle afin de protéger les intérêts de Facebook sur le long terme». Il faut dire que le réseau social, qui revendique à ce jour plus de 900 millions d’utilisateurs, et prépare activement son entrée en bourse - elle est prévue pour le 17 mai - est devenu une cible de choix dans une des batailles très en vogue outre-Atlantique : celles des brevets. Le groupe de Mark Zuckerberg se trouve d’ailleurs au coeur d’un procès intenté par Yahoo pour violation de propriété intellectuelle. Ce qui rend d’ailleurs la situation d’autant plus cocasse que Microsoft est un allié de Yahoo, sur les segments de la recherche en ligne et de la publicité. De quoi mettre Microsoft dans une situation quelque peu inconfortable...

Toutefois, si ce n’est pas la première opération d’envergure de Facebook portant sur l’acquisition de brevets - on se rappelle de l’achat de 750 brevets à IBM en mars dernier - celle-ci semble toutefois précipitée et très ciblée. Et tous les regards se tournée vers l’affaire qui oppose le réseau social à Sunnyvale.

Yahoo n’a d’ailleurs pas tardé à réagir. Comme l’indiquent nos confrères américains du San Francisco Gate, la firme de Sunnyvale voit plutôt dans cette opération «une faiblesse» de Facebook et précise que celle-ci ne «change en rien le fait que Facebook continue de violer nos brevets», souligne Yahoo. « Nous considérons cette annonce comme une validation de notre procès contre Facebook».


Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close