Paul Allen dégaine sélectivement ses brevets

Le co-fondateur de Microsoft vient d’engager une procédure à l’encontre de 11 éditeurs de sites Web de tout premier plan, pour violation de la propriété intellectuelle d’Interval Licencing.

Le co-fondateur de Microsoft vient d’engager une procédure à l’encontre de 11 éditeurs de sites Web de tout premier plan, pour violation de la propriété intellectuelle d’Interval Licencing. Celle-ci est détentrice des brevets d’Interval Research, une entreprise co-fondée par Paul Allen en 1992 avec des objectifs de « R&D avancée dans les domaines des systèmes d’information, des communications, et de l’informatique.» Quatre brevets sont visés par la procédure. Ils portent sur l’utilisation d’un navigateur pour la consultation d’un ensemble d’information, la gestion de l’attention périphérique d’un utilisateur à proximité d’un dispositif d’affichage et, enfin, l’avertissement de l’utilisateur de la présence d’éléments conformes à son centre d’intérêt. Bref, un ensemble visant à structurer la présentation des données dans le cadre d’une recherche ainsi qu’à pousser des éléments connexes au sujet de recherche principal.

Dans un communiqué, le porte-parole de Paul Allen estime qu’Interval Reasearch a été «un contributeur essentiel au développement de l’économie numérique.» Et d’indiquer viser, dans la procédure, AOL, Apple, eBay, Facebook, Google, Netflix, Office Depot, OfficeMax, Staples, Yahoo et YouTube. Des sites Web populaires dont on imagine mal qu’ils soient les seuls à effectivement utiliser les méthodes couvertes par les brevets d’Interval Licensing.

Pour Google, cette procédure «reflète la tendance regrettable de certaines personnes à essayer de concurrencer [les entreprises innovantes] en justice plutôt que sur le marché.» Pour Facebook, cette plainte est «dénuée de toute fondement». Le service de réseau social se dit prêt «à la combattre vigoureusement.»

Pour approfondir sur Législation

- ANNONCES GOOGLE

Close