ZTE et Huawei prennent l’Inde pour tremplin

Le fabricant de terminaux mobiles chinois ZTE vient de commercialiser son 100 millionième téléphone. Peu connu du grand public car absent des linéaires sous sa propre marque, ZTE s’apprête à utiliser le vaste marché indien pour commencer à commercialiser ses produits sous son nom. Huawei va faire de même. De quoi secouer le landernau de la téléphonie mobile.

Les leaders occidentaux de la téléphonie mobile se préparent-ils à lutter, frontalement, contre un nouveau concurrent de taille ? Sur le marché indien, ce sera en tout cas très vite le cas. ZTE, le second constructeur chinois de téléphones mobiles, et le sixième dans le monde, en volume, vient en effet de décider d’entamer la commercialisation de ses produits sous sa propre marque. Et cela va commencer par l’Inde, le premier marché du téléphone mobile au monde en termes de rythme de croissance – 53,44 % en un an à fin juillet dernier -, et le second en termes d’abonnés – plus de 300 millions à ce jour. Cette année, ZTE entend commercialiser 10 millions de téléphones mobiles en Inde, contre 7 à 8 millions l’an passé, pour un chiffre d’affaires de 700 M$. A terme, le chinois entend réaliser 20 % de son chiffre d’affaires dans le sous-continent.

Jusqu’ici, ZTE se contentait de commercialiser ses téléphones mobiles sous la marque d’opérateurs partenaires, comme SFR en France, par exemple. Ce dernier fait aussi appel à un autre chinois : Huawei. Justement, celui-ci entend adopter la même démarche que ZTE en affichant désormais sa propre marque, dès la fin de ce mois-ci. Son ambition est simple : commercialiser 80 % de sa production sous son nom l’an prochain, en Inde.

Les deux constructeurs chinois réalisent pour l’heure l’essentiel de leurs ventes avec des produits adaptés aux réseaux CDMA. Mais leur savoir-faire en matière de GSM est connu. Et même reconnu. ZTE fournit ainsi Vodafone – et SFR dans l’hexagone – en clés USB 3G, par exemple. Au total, ce serait 6 millions de ces clés que ZTE aura commercialisées en 2008, selon le cabinet d’analystes Ovum. Ce chiffre devrait monter à 20 millions fin 2010.

Encore cantonné à l’entrée de gamme des téléphones mobiles, ZTE prépare son entrée sur le marché des Smartphones, sous Windows Mobile et Linux, une démarche saluée par Ovum. En juillet dernier, ce cabinet soulignait notamment le besoin impérieux pour ZTE de soigner son image de marque afin de pouvoir percer sur ce nouveau marché. La commercialisation de ses téléphones à bas coût sous sa propre marque va lui en donner l’occasion ; le dynamisme du marché indien pourrait lui permettre de grimper plus rapidement au classement mondial des constructeurs de téléphones.

Et pendant que ZTE et Huawei fourbissent leurs armes, Nokia et Sony Ericsson misent un écosystème de services – Ovi pour le premier et PlayNow pour le second - pour fidéliser leurs utilisateurs et en tirer de nouveaux revenus, sur le modèle d’un Apple avec son iTunes Store. Selon le cabinet Gartner, cette démarche devrait, en 2009, « marquer les relations entre constructeurs, opérateurs et fournisseurs de contenus. » Mais suffira-t-elle à contenir des concurrents qui, même s’ils mettent plusieurs années à graver les marches qui les séparent du top 3 de la téléphonie mobile, vont pouvoir s’appuyer sur des marchés aux volumes très importants ?

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close