Applicatif métier sur Linux : IBM s'impatiente

"Do or die" : réussit ou oublie. Pour Bob Sutor, gourou d'IBM s'exprimant lors de la conférence LinuxWorld à San Francisco, l'Open Source n'a plus que quelques années devant lui s'il veut percer dans l'applicatif métier. Ce qu'il tarde à faire...

Bob Sutor est "fatigué d'attendre". Lors de LinuxWorld, qui tient sa dixième édition à San Francisco, le vice-président de l'Open Source et des standards chez IBM n'a pas fait mystère du peu de progrès enregistré par le logiciel libre dans le monde des applications métier. Un domaine où le catalogue des produits disponibles en Open Source reste bien maigre.

Dans une conférence tenue sur le salon (voir le PDF sur le blog de Bob Sutor), cet ardent défenseur des standards ouverts, très actif notamment pour défendre le format bureautique ODF face à Open XML, a expliqué : "vous pensez peut-être qu'un jour, l'ensemble du logiciel sera libre ou Open Source. Mais ce n'est ni demain, ni l'année prochaine, ni même probablement dans 10 ans."

Le vice-président d'IBM faisait référence à l'applicatif métier, où les progrès de l'Open Source sont très lents. Voire insignifiants. Si les logiciels Open Source sont largement utilisés par les professionnels dans l'infrastructure technique (Linux compte pour environ 13 % du marché des serveurs en valeur à la fin 2007, selon le cabinet IDC) ou, sur le poste de travail, pour quelques applications généralistes comme le navigateur (avec Firefox), la percée se fait attendre dans l'applicatif. Seul le secteur public, notamment l'éducation, semblant montrer quelques marques d'intérêt, selon Bob Sutor.

Une prolifération de licences anxyogène

Selon lui, ce qui apparaît bel et bien comme une déception tient en partie à la prolifération des licences dans le monde Open Source. "Quand une entreprise se dit prête à utiliser l'Open Source, elle ne veut pas pour autant le faire avec la licence du moment", explique-t-il. Environ 60 licences sont reconnues par l'OSI (Open Source Initiative), organisation de promotion de ce mode de diffusion du logiciel. Toutefois seule une poignée d'entrée elles (GPL, LGPL, Mozilla, Apache...) sont employées par la plupart des développeurs ou communautés.

Si l'arrivée de l'Open Source dans l'applicatif reste incertain, Bob Sutor a décrit un avenir où Linux serait employé dans une multitude d'appareils ou de services, comme ceux du cloud computing et du Saas (Software as a service). "Linux va se diffuser largement, même si vous ne vous en rendrez pas compte", a promis le gourou.

La tendance actuelle, qui prédit un déplacement de l'intelligence du poste de travail individuel vers les datacenter de grands fournisseurs, apparaît comme une seconde chance de s'imposer pour Linux, qui peine à percer sur le poste de travail. En juin, selon les statistiques publiées par NetApplications, malgré une progression régulière, seuls 0,8 % des postes de travail tournaient sous l'OS libre.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close