Réuni dans les Landes, le libre cherche à conjuguer business et idéalisme

Les acteurs du logiciel libre se retrouvent cette semaine dans les Landes pour leurs rencontres mondiales annuelles. L’occasion de scruter un secteur toujours très évolutif, mais qui gagne en maturité dans son approche de l'entreprise. Tout en restant fidèle à ses principes historiques. Les grands acteurs IT, pourtant omniprésents dans les développements Open Source, sont ainsi toujours exclus des Rencontres mondiales du logiciel libre.

Les 9èmes Rencontres mondiales du logiciel libre (RMLL) ont ouvert leurs portes ce jour à Mont-de-Marsan (Landes). Durant 5 jours, l’aficion du libre va débattre autour de 13 thèmes transversaux (entreprises, administration et politiques publiques, santé, collectivités locales notamment) ou plus technologiques (sécurité et réseaux, embarqué, systèmes, web). L’occasion surtout d’évangéliser auprès d’un plus large public, notamment celui des entreprises utilisatrices.

Stéphane Mascaron, vice-président de la manifestation, attend entre 2 500 et 3 000 personnes. Une gageure pour une manifestation pour la première fois organisée dans une ville aussi petite et isolée. Une contrainte qui a, selon Stéphane Mascaron, « au moins permis une forte implication du tissu économique local autour des collectivités locales, de la chambre de commerce, d'associations et de Landes Mutualité, principal sponsor et organisme déjà converti aux logiciels libres ».

Pas de sponsor reconnaissant le brevet logiciel

Pour le reste, on entre un peu dans la schizophrénie du libre. D’un côté, les contributeurs/influenceurs de plus en plus puissants et de moins en moins masqués que sont IBM, Sun, HP ou encore Novell. De l’autre, des Rencontres mondiales qui demeurent fidèles à leur charte initiale, qui exclut tout apport de sociétés pratiquant le brevet logiciel. Logique au regard de leurs ambitions, mais compliqué dès lors que l’on aborde les problématiques d’entreprises. Ce qui est également la volonté des RMLL.

Reste la carte Stallman. Héros et hérault de la cause du libre, Richard Stallman se produira sur les rencontres vendredi 4 et samedi 5 juillet. « Ca devrait attirer du monde », selon Stéphane Mascaron. Surtout, l’initiateur de la licence GPL animera l’une de ses deux conférences à la Chambre de commerce. Air du temps pour celui qui dénonce souvent la marchandisation logicielle ?

En 2008, le logiciel libre aura généré 35 milliards de dollars de revenus dans le monde selon IDC. Et pas loin de un milliard d’euros en France (740 millions d’euros en 2007). L'Hexagone qui demeure le principal marché européen, porté notamment par un engagement de plus en plus important des administrations et collectivités territoriales.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close