darren whittingham - Fotolia

Linkbynet absorbe Objectif Libre et son expertise OpenStack

Objectif Libre trouve refuge au sein des activités de conseils de Linkbynet et apportera sa forte expertise OpenStack et open source à des équipes Treeptik, déjà spécialistes de Kubernetes et de Docker.

Concentration dans l’expertise OpenStack : Linkbynet a décidé de renforcer ses activités de conseils en rachetant Objectif Libre, grand spécialiste d’OpenStack et des technologies open source, comme Kubernetes, Docker ou encore Ansible.

Fondé en 2000, Linkbynet est passé en presque 20 ans d’une société spécialisée dans l’hébergement Web à la gestion d’infrastructure complexe et au cloud qu’il propose sous la forme de service managé. La société, emmenée par Stéphane Aisenberg, l’un des co-fondateurs, a tissé ses activités autour de 4 pôles, dont une partie consulting née il y a 18 mois. Celle-ci s’est étoffée avec un premier rachat, celui de la société Treeptik, transférant à Linkbynet une expertise clé dans les containers et bien sûr Kubernetes, qui constitue aujourd’hui la norme si on souhaite apparaître dans les environnements hybrides ou multi- cloud.

Objectif Libre va ainsi  rejoindre ce pôle d’expertise de Linkbynet, dont la progression a plus que triplé depuis sa création. La société de Christophe Sautier, son fondateur, apporte ainsi une seconde expertise Kubernetes, mais surtout OpenStack et plus globalement open source, alors qu’il existe « une forte demande de la part des clients » sur ces piles technologiques.

Mais « nous avions la volonté d’amplifier nos efforts en France et à l’international », confirme-t-il. Objectif Libre est certes très visible en France dans le domaine OpenStack mais a aussi ouvert un point de présence à Stockholm.

Rassurer et inciter à franchir le pas

Dans le giron de Linkbynet, Objectif Libre intervient donc en complément des experts de Treeptik, avec un scope d’activités proche mais très différentiant, rapporte Christophe Sautier. Surtout de là devraient naître des synergies qui permettent aux deux entités de consolider leur expertise pour aller chercher des projets de plus grande ampleur. « Nous étions déjà présents dans les banques, dans l’industrie automobile et dans les telcos, explique-t-il, mais ce rapprochement nous permet d’être plus visible et de rassurer les clients sur le fait que nous pouvons répondre à leurs projets, et inciter d’autres à franchir le pas ». Objectif Libre compte ainsi renforcer sa crédibilité tant en France, mais aussi à l’international, car Linkbynet dispose d’un solide réseau à l’étranger. Sur un effectif de 800 personnes, la moitié est hors de France, assure Stéphane Aisenberg.

Objectif Libre et Linkbynet comptent sur un marché OpenStack en France, qui a atteint le stade de la maturité, mais dont la progression reste continue, explique encore Christophe Sautier. « Nous notons plusieurs projets par mois et tous les jours de nouveaux usages. » Un segment qui ne faiblit pas, même si tous les regards se portent aujourd’hui sur Kubernetes, par exemple.

Avec l’arrivée d’Objectif Libre, les activités de conseils de Linkbynet ont dépassé désormais la soixantaine de personnes (35 issues de Treeptik, 30 d’Objectif Libre) avec l’ambition de porter cet effectif à plus de 100 d’ici à la fin de l’année. En 2019, les activités conseils de la société devraient compter pour 10 % à 15 % du CA total, précise Stéphane Aisenberg

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close