SOA : Progress Software met un pied dans l'Open Source avec le rachat de Iona

Progress Software a annoncé aujourd'hui le rachat de Iona Technologies. Une acquisition, qui soulage l'Irlandais à la recherche d'un soutien depuis plusieurs mois. Progress, de son côté, gagne un panel de technologies SOA en environnement distribué et une ouverture dans le monde de l'Open Source.

S'ouvrir au monde de l'Open source et développer son offre SOA en environnements hétérogènes. De sont semble-t-il les deux principales raisons qui ont poussé Progress Software à annoncé le rachat pour 162 M€ de l'Irlandais Iona, un pionnier de l'intégration CORBA et des bus logiciels, récemment recyclé dans la SOA.
Les deux éditeurs étaient en négociation depuis six mois, commente Jérôme Parel, le directeur d'Iona pour la France. La rumeur plaçait également Red Hat sur les rangs des potentiels acheteurs. Les conseils d'administration des deux parties ont déjà donné leur approbation pour la transaction, dont la finalisation est prévue pour septembre. La marque Iona devrait ainsi se fondre dans la marque Progress.
« Iona avait le choix soit de se reprivatiser, parce que les contraintes imposées par le NASDAQ deviennent invivables pour beaucoup d'entreprises IT de notre taille, soit de s'adosser à une entreprise de taille plus importante, pour donner un peu plus d'assise et de légitimité à la société », résume Jérôme Parel, directeur d'Iona France. Et d'ajouter : « La taille était notre point faible. Aujourd'hui, il y a une concentration du marché, et si vous ne pesez pas 300 à 400 M$ avec 2000 ou 3000 personnes sur le terrain, c'est difficile. » Iona a réalisé un CA de 80 M$ en 2007. Progress, sur le même exercice, affiche 494 M$.


Un pied dans l'Open Source


Une des motivations de l'acquisition pourrait ainsi être la participation active de Iona au sein de la communauté Open Source. « Progress Software est très peu présent dans le monde Open Source. Ce rachat peut par exemple leur permettre d'y mettre un pied », commente Jérôme Parel. Iona, de son côté, a une forte stratégie Open Source. L'éditeur a ainsi transmis son ESB au consortium ObjectWeb sous le nom du projet Celtix, puis est devenu une membre stratégique de la communauté Eclipse. Il distribue aussi avec son offre Fuse, un ensemble de projets de la communauté Apache, comme CXF. Iona est également connu pour son engagement dans les standards.
Dans un communiqué, Progress Software confirme ainsi que la famille de produits Fuse sera préservée. Fuse est présentée comme « l’intégration de la famille Celtix de produits Open Source avec des composantes Fuse de LogicBlaze ». Iona avait signé le rachat du petit LogicBlaze en avril 2007. A l'époque, Iona souhaitait renforcer la présence sur le marché de l'Open Source. Dans la foulée, il avait récupéré des compétences et des projets Open Source, comme ActiveMQ et ServiceMix, hébergés par la fondation Apache – et depuis composantes de l'offre Fuse. La suite SOA Artix sera elle aussi préservée.


Quelques chevauchements


Thierry Ormancey, directeur technique d'Iona France, estime que certaines briques sont complémentaires, «  comme le module de transformation et de validation de flux, qui n'est pas présent chez Progress », tout comme le module sur mainframe. Il admet toutefois qu'il existe certains chevauchements sur les ESB. « Sur les JMS (Java Message Service, qui permet la transmission de messages de manière asynchrone entre composants java, ndlr ), Sonic (l'offre ESB de Progress Software, ndlr) est bon, mais celui de Iona est Open Source. »
Mais pour lui, l'intérêt de la fusion des deux parties serait davantage dans les outils d'Actional, société que Progress Software a racheté et dont Iona est partenaire technologique. « Actional a plein de connecteurs. On peut ainsi être très complémentaire sur cette partie là, parce qu'on travaille avec eux depuis des années. »
Pas de soucis également pour le suivi des produits Corba (Common object request broker architecture - ancètre de la SOA) dont Iona représente l'un des plus gros éditeurs. Progress Software confirme que comme Iona l'a fait pendant 15 ans, il supportera l'existant. « Notre base installée Corba est énorme, notamment dans des vastes projets stratégiques d'entreprise. Ce sont des projets réalisés il y a 10 ans et qui continuent de vivre et ne seront jamais refait, car la technologie fonctionne très bien. Pour les étendre, nous exposons du Corba à des Web Services. En revanche, il n'y a pas de nouveaux projets Corba ».  Cela représente pour Progress, non seulement un gage de fiabilité, mais également une base potentielle de systèmes critiques à faire évoluer vers la SOA.

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

- ANNONCES GOOGLE

Close