Le logiciel français en voie de satellisation

Le secteur de l’édition logicielle est proclamé clé pour la croissance et pourtant sa part dans l’industrie diminue à la faveur d’une tendance à la concentration qui a vu 7% des principaux acteurs français changer de nationalité. Du coup, le CA généré par le secteur est en net recul. Et un seul groupe d’envergure internationale subsiste.

Dégât collatéral du rachat de Business Object par SAP : l’édition logicielle estampillée bleu blanc rouge a vu son activité reculer de 8%, à 5,8 milliards d’euros en 2007. A périmètre constant, elle aurait dû croître de près de 10% ! Seulement, derrière le monstre BO jusqu’alors deuxième éditeur de l’Hexagone, ce sont six autres éditeurs de moindre rang, mais intégrant tout de même le classement Truffle 100, qui sont passés dans des mains étrangères. Du coup, on a un peu de mal à croire Eric Besson, appelé à commenter l’étude en tant que Secrétaire d’Etat à la prospective, à l’évaluation et au développement de l’économie numérique.

Selon lui, cette édition « met en lumière la capacité de résistance et le dynamisme de la profession en France et montre bien combien les PME sont des acteurs clés de ce secteur ».
Effectivement sur ce dernier point, hormis Dassault Système, qui se maintient en tête avec 1,258 milliard d’euros de CA, les autres entreprises sont de taille plutôt moyenne, de Sopra / Axway (265 millions d’euros) à Isiom (classé 100e, à 3,7 millions d’euros).

Les 20 principaux éditeurs français de logiciel

truffle1

source : Truffle100

Un véritable drame industriel qui, s’il se confirmait cette année, verrait l’un des secteurs clés de l’économie, dites « de la connaissance », réduit comme peau de chagrin.

De fait, le marché de l’édition est donc plus que jamais l’apanage des groupes américains tant le reste de l’Europe se caractérise par le faible nombre de grands groupes, hormis SAP en Allemagne et Sage au Royaume-Uni. On comprend mieux dès lors quelles sont les priorités des éditeurs français pour se développer : pouvoir se prévaloir d’une implantation internationale pour 50% d’entre eux (contre seulement 31% dans l’édition précédente). Et que le gouvernement fasse voter un Small Business Act à la française, paquet intégrant aide économique, spécificité fiscale incitative et politique industrielle dédiée aux PME pour 40%.
Une requête précise qui aurait pu trouver un écho favorable le 28 mai prochain lors des premières assises du numérique organisée par Eric Besson. Mais, il est à craindre que ce rendez-vous ne débouche sur rien de concret tant le programme en paraît cosmétique. Les ministres concernés par les grands dossiers du numérique défileront et tiendront conférence. Sans qu’aucune place ne semble accordée aux organismes représentant les différentes tendances industrielles du secteur Syntec et April entre d’autres.

Condamné à se développer par lui-même en attendant mieux, le secteur logiciel français parie pour partie sur la R&D. Depuis 2005, la part des effectifs qui y sont affectés est passée de 15 à 20% pour approcher les 10 000 (en fait, ce nombre a été dépassé si l’on intègre les sociétés rachetées en 2007). Loin cependant des éditeurs allemands qui y consacraient plus de 35% de leurs effectifs en 2006.

truffle2

Source : Truffle100

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close