L'ex-patron de Qwest devra purger une peine de six ans de prison

Tout vient à point à qui sait attendre.

Tout vient à point à qui sait attendre... Près de sept ans après les faits et près de deux ans après sa première condamnation, l'ancien Pdg de l'opérateur de télécommunications Qwest Communications International, Joseph Nacchio, devra se présenter mardi 14 avril à la prison fédérale de Minersville, en Pennsylvanie, pour purger une peine de six ans de détention. 

Aujourd'hui agé de 60 ans, Nacchio a présidé aux destinées de Qwest pendant la bulle Internet, une période qui a vu l'opérateur croître de façon démesurée et absorber l'une des Baby Bell américaines, US West. Nacchio est accusé de délit d'initié et d'avoir profité des informations qu'il détenait pour effectuer de lucratives transactions boursières durant la même période (entre 1999 et 2002). Des charges similaires portent sur six autres haut dirigeants de la firme à la même époque.

Nacchio a été condamné en juillet 2007 à six ans de prison et à une amende de 19 M$, ainsi qu'à la restitution de 52 millions de profits réalisés de façon illicite sur les marchés financiers. Libéré sous caution de 2 M$ après son appel du jugement, il a accusé le gouvernement fédéral américain de vouloir sa tête pour avoir été le seul patron d'opérateur télécoms à refuser de fournir des informations sur ses clients à la NSA dans le cadre de la politique d'écoute mise en place par l'administration Bush. 

En mars 2008, la cour d'appel a annulé le premier jugement et demandé un nouveau jugement. Mais le 25 février 2009, la condamnation a été confirmée. Ce qui ne laisse plus à Nacchio que la possibilité d'un recours devant la cour suprême. En attendant, la liberté sous caution lui a été refusée. Il devra donc rejoindre - à ses frais, précise le tribunal - la prison fédérale de Minersville mardi prochain.

Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close