Le PRA, grand oublié des PME françaises

Selon une étude de Symantec, les PME françaises négligent la reprise d’activité après sinistre.

Selon une étude de Symantec, les PME françaises négligent la reprise d’activité après sinistre. Certes, elles sauvegardent leurs données, pour 70 % d’entre elles. Du moins à échéance trimestrielle ou annuelle. Car pour les sauvegardes hebdomadaires, c’est moins glorieux : il faudrait compter 64 % des PME qui sauvegardent à cette fréquence les données de leur serveur de stockage primaire, 55 % pour les disques des ordinateurs de bureau, puis seulement 39 % pour ceux des portables et 21 % pour les données des tablettes et des smartphones. Bref, plus le support est mobile, moins ses données sont protégées. D'ailleurs, selon Symantec, 53 % des données des terminaux mobiles ne seraient jamais sauvegardées. Un début de raison à cela : selon l’éditeur, 25 % des PME interrogées estiment que leurs collaborateurs n’accèdent pas à des données critiques sur un smartphone ou une tablette. Mais il n’apporte pas de réponse pour les ordinateurs portables.

Mais au-delà de la sauvegarde des données, c’est la question de la reprise d’activité qui se pose. Seulement 27 % des PME disposeraient ainsi d’un PRA et 37 % ne prévoient pas de s’en doter. Trop cher ou trop complexe, semble dire l’étude...

Pour obtenir ces chiffres, Symantec a interrogé 2053 PME dont 200 en France.  

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close