HP Public Cloud utiliserait GlusterFS pour sa couche de stockage en mode bloc

Selon des informations obtenues par LeMagIT, le service de stockage en mode bloc du cloud public d'HP, HP Public Cloud, serait basé sur le filesystem en cluster GlusterFS. HP Public Cloud est actuellement en phase de bêta fermée, mais la commercialisation du service est prévue pour le 10 mai (même si le service ne perdra officiellement pas son caractère "bêta").

Selon des informations obtenues par LeMagIT, le service de stockage en mode bloc du cloud public d'HP, HP Public Cloud, serait basé sur le filesystem en cluster GlusterFS.

HP Public Cloud est actuellement en phase de bêta fermée, mais la commercialisation du service est prévue pour le 10 mai (même si le service ne perdra officiellement pas son caractère "bêta"). Le service propose un ensemble complet de services d'infrastructure bâtis au-dessus du service de "compute" Nova d'OpenStack - une alternative à Amazon EC2 - et sur la couche de stockage objet Swift - une alternative à Amazon S3. Mais il se distingue des clouds OpenStack existant par l'intégration  d'un service de base de données basé sur MySQL et par celle d'un service de stockage en mode bloc plus traditionnel qui s'appuierait sur une couche de stockage en cluster gérée par GlusterFS (un choix qui ouvre aussi d'intéressantes possibilités en matière d'accès NFS ou CIFS pour l'avenir).

Racheté récemment par Red Hat - qui a également renforcé significativement les ressources qu'il consacre à OpenStack-, Gluster a annoncé l'an passé un connecteur logiciel qui s'intègre avec le contrôleur de stockage en mode bloc d'OpenStack, permettant par exemple de simplifier le déplacement et la réplication à grande échelle des VM sur les cloud OpenStack. Deux besoins essentiels pour un cloud qui visent principalement le marché des entreprises.

Il est intéressant de noter que HP a fait le choix d' Ubuntu comme fondement de son offre de cloud public OpenStack, mais que si l'information se confirme, c'est à une technologie désormais "contrôlée" par Red Hat qu'il aurait confié le stockage en mode bloc de son nuage. En fait, il semble que la nature du fournisseur importe peu au géant, pourvu que la technologie soit Open Source et donc largement gratuite. Cette quasi-gratuité des briques technologiques est en effet nécessaire si HP veut proposer des prix en ligne avec ceux de ses concurrents sur ce marché, notamment Amazon et RackSpace.

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

- ANNONCES GOOGLE

Close