Pas de révolution pour les nouveaux Atom en 32 nm

  Une puce Atom bi-coeurs d'Intel(crédit photo : Intel) Intel a officialisé la disponibilité de ses nouvelles puces d’entrée de gamme Atom en 32 nm (nom de code Cedarview) en publiant sur sa liste des prix les tarifs des puces Atom D2500 et D2700. La première est une puce 64 bit bi-cœurs cadencée à 1,86 GHz et disposant de 1 Mo de mémoire cache.

 images
Une puce Atom bi-coeurs d'Intel
(crédit photo : Intel)

Intel a officialisé la disponibilité de ses nouvelles puces d’entrée de gamme Atom en 32 nm (nom de code Cedarview) en publiant sur sa liste des prix les tarifs des puces Atom D2500 et D2700. La première est une puce 64 bit bi-cœurs cadencée à 1,86 GHz et disposant de 1 Mo de mémoire cache. La seconde dispose aussi de deux cœurs mais supporte également l’hyperthreading, qui lui permet de traiter jusqu’à 4 threads en parallèle. Elle est cadencée à 2,13 GHz. Si la partie CPU n'a guère évolué par rapport aux anciens Atom D525, la nouveauté est une partie graphique plus musclée, censée désormais gérer l'affichage de vidéo en HD - mais toujours limitée au support de DirectX 10.1. On peut à ce propos noter que le D2700 a une partie graphique cadencée à 640 MHz contre 400 MHz pour le D2500, ce qui augure de performances d’affichage un peu meilleures. Les deux nouveaux processeurs ont une consommation maximale de 10 W, mais aucun ne supporte la technologie de virtualisation d’Intel, VT, une tare des puces Atom depuis leur création qui proscrit largement leur utilisation dans le monde des serveurs (même si SeaMicro s'est essayé à l'exercice avec sa plate-forme de micro-serveurs). Il faudra encore attendre la prochaine génération de puces Atom pour voir le support de VT arriver dans ces puces.

Par comparaison, Les concurrents des Atom chez AMD, les puces E350 ont un support complet du 64 bit et de la virtualisation. Ces puces bi-cœurs sont cadencées à 1,6 GHz et disposent d’une partie graphique bien plus musclée que celle des Atom grâce la présence de 80 cœurs Radeon cadencés à 500 MHz (ce qui permet aux E350 de supporter DirectX11). Dans la plupart des tests, les E-350 dépassaient largement la précédente génération d’Atom incarnée par le D525. Il sera intéressant de voir si le D2700 parvient à reprendre l’ascendant (ce qu’il peut espérer faire en matière de calcul, mais sans doute pas en matière de graphiques).

Terminons en signalant que quels que soient les progrès apportés par Intel ou AMD sur ces puces d’entrée de gamme, il ne faut guère en attendre de miracles. Elles sont en effet entre trois et quatre fois plus lentes que des puces comme les Core i3 ou comme les A4 d’AMD.

A lire aussi sur leMagIT :

• Toute l'actualité sur les processeurs Atom

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close