Révélations de Wikileaks : Bank of America tente de se blinder

Peur de la prochaine divulgation de documents compromettants par Wikileaks ? En tout cas, le géant de la banque aux Etats-Unis, Bank of America (BoA), a enregistré ces derniers jours des centaines de noms de domaine susceptibles d'accueillir une campagne de dénigrement contre elle-même ou contre ses dirigeants.

Peur de la prochaine divulgation de documents compromettants par Wikileaks ? En tout cas, le géant de la banque aux Etats-Unis, Bank of America (BoA), a enregistré ces derniers jours des centaines de noms de domaine susceptibles d'accueillir une campagne de dénigrement contre elle-même ou contre ses dirigeants.

Selon le site DomainNameWire, des centaines de domaines de ce type ont ainsi été réservés par l'établissement financier le 17 décembre. La structure de ces adresses implique notamment le Pdg, Bryan Moynihan (BrianMoynihanBlows.com, BrianMoynihanSucks.com, etc.), le directeur financier Charles Noski, le président du conseil d'administration Charles Holliday ou un autre membre du conseil, Charles Rossoti.

Rappelons que, dans une interview au magazine Forbes le 30 novembre, Julian Assange a promis des révélations sur une grande banque américaine pour le début 2011. En raison d'une très ancienne interview donnée par le fondateur du Wikileaks, affirmant détenir 5 Go de données provenant du disque dur d'un dirigeant de BoA, les médias américains ont immédiatement suspecté qu'il s'agissait du géant de la finance, qui lors de la crise a repris la banque d'affaires Merrill Lynch et le spécialiste du crédit hypothécaire Countrywide.

En complément :

- Wikileaks : quand Intel faisait du chantage à l'emploi en Russie

- Wikileaks : Pékin, responsable du piratage de serveurs américains depuis 2002

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close