Fusion SAP-BO : les utilisateurs contents du menu, inquiets de l'addition

Des précisions sur la fusion des gammes en matière de BI, mais toujours un flou artistique sur les conditions de migration. Et surtout sur la facture finale. Huit mois après le rachat de BO par SAP, le club des utilisateurs du PGI fait le bilan des réponses qu'il a déjà obtenues à ses nombreuses interrogations sur l'offre BI de l'éditeur allemand.

Satisfait des premières réponses, mais sans illusions sur la facture finale. Le club des utilisateurs francophones de SAP (USF) publie un document résumant les réponses obtenues par l'association auprès de l'éditeur allemand. Des interrogations, nées de la fusion entre l'éditeur de PGI et le Français BO et du rapprochement des deux gammes de produits qui en découle. Globalement, le club délivre un satisfecit à l'éditeur, tant sur sa stratégie que sur les réponses obtenues concernant l'évolution des gammes. Tout en regrettant de n'avoir aucun élément d'information en matière de coût de migration ou d'évolution des tarifs de licences. Finalement, le constat que dressait déjà LeMagIT le 1er avril dernier.

D'abord, le club valide de facto la pertinence du rapprochement. En remarquant que l'intégration des offres va améliorer l'organisation des données, qui pourront être stockées dans un endroit unique, le datawarehouse de BW (le module décisionnel de SAP). Puis en ajoutant que "les utilisateurs de la BI voient d'un bon oeil l'arrivée de technologies innovantes émanant de Business Objects que certains étudiaient ou utilisaient déjà auparavant".

Deux plates-formes ou la fusion de Netweaver et XI ?

roadmapbi

Ensuite, l'USF estime avoir reçu des réponses "rassurantes" des équipes de SAP, qui ont rencontré le club à l'occasion du dernier Sapphire (manifestation de l'éditeur organisée en mai dernier à Berlin) puis le 10 juin à Paris, sur les principaux points touchant les fusions et abandons de produits. D'abord sur Pioneer (voir la roadmap ci-dessus), présenté comme un sur-ensemble des offres existantes d'analyse OLAP chez les deux éditeurs (Bex Analyzer et BO Voyager), et dont la disponibilité est prévue fin 2009.

Puis sur les outils de gestion de la performance financière (voir ci-dessous) où l'Allemand a très tôt affirmé des choix clairs (BO Activity Analysis sur la gestion de la profitabilité, SAP BPC en planning, SAP Strategy Management en gestion de la stratégie BO Finance et SAP BPC pour la consolidation financière...).

roadmap planning

Reste que, pas plus qu'en avril dernier, SAP n'a éclairci sa stratégie sur un point technique clef : l'évolution des plates-formes. Aucun détail n'a été fourni sur la façon dont le Netweaver de SAP pourrait se rapprocher du XI de BO.

Crédit de licences : "du cas par cas"

Plus gênant à moyen terme pour les utilisateurs, l'éditeur de PGI est resté très flou sur les conditions de la migration (pour les utilisateurs concernés par des produits voués à disparaître) et sur la manière dont la maintenance des produits en question (5 ans) va se concrétiser. Comme en avril, SAP s'est contenté de promettre des crédits pour les utilisateurs qui n'auraient pas déployé ou seraient peu avancés dans l'intégration de produits appelés à devenir obsolètes. "Mais ce sera du cas par cas", explique Jean Leroux, le président de l'USF.

L'éditeur s'est également bien gardé d'évoquer le tarif des licences, notamment pour les utilisateurs qui intégreront les produits BO dans leur plate-forme SAP. "Ce qui va faire mal, c'est l'étiquette des prix", estime Jean Leroux, qui s'interrogeaient déjà sur ces points dans une interview qu'il nous avait accordée voici deux mois.

Au final, après le ratage de la communication sur l'augmentation des coûts de maintenance - l'USF avait été prévenu via la presse -, c'est surtout dans les relations avec l'éditeur que le club note des progrès. L'intégration du Français BO déplaçant le barycentre du groupe vers l'Hexagone. Sur le sujet de la BI, l'USF se félicite également de la proximité avec le patron de la R&D chez l'éditeur, qui n'est autre que l'ex BO Hervé Couturier. Une compréhension mutuelle que l'USF espère bien étendre à la question des coûts. Sans se faire trop d'illusions.

Reste que, pas plus qu'en avril dernier, SAP n'a éclairci sa stratégie sur un point technique clef : l'évolution des plates-formes. Aucun détail n'a été fourni sur la façon dont le Netweaver de SAP pourrait se rapprocher du XI de BO.

Crédit de licences : "du cas par cas"

Plus gênant à moyen terme pour les utilisateurs, l'éditeur de PGI est resté très flou sur les conditions de la migration (pour les utilisateurs concernés par des produits voués à disparaître) et sur la manière dont la maintenance des produits en question (5 ans) va se concrétiser. Comme en avril, SAP s'est contenté de promettre des crédits pour les utilisateurs qui n'auraient pas déployé ou seraient peu avancés dans l'intégration de produits appelés à devenir obsolètes. "Mais ce sera du cas par cas", explique Jean Leroux, le président de l'USF.

L'éditeur s'est également bien gardé d'évoquer le tarif des licences, notamment pour les utilisateurs qui intégreront les produits BO dans leur plate-forme SAP. "Ce qui va faire mal, c'est l'étiquette des prix", estime Jean Leroux, qui s'interrogeaient déjà sur ces points dans une interview qu'il nous avait accordée voici deux mois.

Au final, après le ratage de la communication sur l'augmentation des coûts de maintenance - l'USF avait été prévenu via la presse -, c'est surtout dans les relations avec l'éditeur que le club note des progrès. L'intégration du Français BO déplaçant le barycentre du groupe vers l'Hexagone. Sur le sujet de la BI, l'USF se félicite également de la proximité avec le patron de la R&D chez l'éditeur, qui n'est autre que l'ex BO Hervé Couturier. Une compréhension mutuelle que l'USF espère bien étendre à la question des coûts. Sans se faire trop d'illusions.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close