Stockage : Coraid propose une vision neuve du SAN et offre un Po gratuit pour chaque Po acheté

Coraid, qui avec sa technologie ATA over Ethernet propose une alternative aux SAN iSCSI et Fibre Channel, vient de mettre à jour son offre haut de gamme avec le lancement à VMworld de l'Etherdrive SRX4200.En parallèle, le constructeur lance une promotion proposant un pétaoctet de stockage gratuit pour un pétaoctet acheté. Soit 2 Po pour un million de dollars. Il espère ainsi attirer l'attention sur son offre qui a déjà séduit plus de 1 200 clients dans le monde.

Le Californien Coraid a profité de l’été pour renforcer sa gamme de baies de stockage Etherdrive en lançant le SRX4200, un nouveau modèle haut de gamme supportant des interfaces 10 Gigabit Ethernet et offrant une densité de stockage en hausse de 50 % par rapport aux modèles existants. Chaque châssis 4U SRX4200 est à même d’accueillir 36 disques - 24 disques à l'avant et 12 à l'arrière - et les clients peuvent mixer disques SATA, SAS et SSD. La capacité maximale est de 72 To, contre 48 To pour le modèle le plus capacitif jusqu’alors proposé par la firme.

Coraid est un constructeur à part dans le monde du stockage. Fondée en 2000, la société n’a pas choisi de s’appuyer sur les technologies standards du marché pour son offre, mais a développé sa propre technologie de stockage en réseau baptisée ATA over Ethernet (AoE). L’idée est de faire transporter directement les commandes de stockage au dessus du protocole Ethernet sans s’encombrer de surcouches telles que TCP/IP pour iSCSI ou Fibre Channel pour FCoE. Concrètement, Coraid produit ses propres baies et ses propres cartes HBA Ethernet (en fait des cartes réseau Intel avec un firmware modifié et un pilote adapté pour les principaux OS du marché comme Windows, Linux, Solaris ou VMware ESX).

Selon le constructeur les principaux avantages de sa technologie sont la simplicité et le coût, radicalement inférieur à celui des systèmes proposés par les géants du stockage. Ses baies seraient ainsi jusqu’à 80 % moins coûteuse que des baies traditionnelles, selon le constructeur. Ainsi, Coraid propose le pétaoctet de stockage à moins de 1 million de dollars. Et la firme a une promotion en cours qui offre un second pétaoctet gratuit pour chaque pétaoctet acheté jusqu’au 15 décembre 2010. Ses cartes HBA sont elles aussi très économiques. Il faut ainsi compter environ 900 $ pour une carte 10Gigabit Coraid contre environ 1 500 $ pour une carte Fibre Channel 8 Gbit/s ou pour une carte réseau convergée (CNA) 10Gigabit. A ce jour, Coraid revendique plus de 1 200 clients, dont le plus important a récemment signé pour près de 4 Po de stockage. L'offre est notamment distribuée en France par l'intégrateur Aliseo.

Coraid veut imposer AoE comme alternative à iSCSI et FCoE

Lors d’une visite récente dans les locaux de Coraid, Kevin Brown, un ancien vice-président de NetApp et Decru aujourd’hui à la tête de la firme, a expliqué au MagIT les avantages, selon lui, de la technologie : « les solutions de stockage traditionnelles sont trop coûteuses et trop complexes.(...) Il faut réintroduire de la flexibilité côté stockage comme on l’a fait côté serveurs. Nous avons conçu un protocole de stockage réseau fonctionnant directement sur Ethernet, au niveau 2 avec des LUN liés aux adresses MAC. On ne peut pas faire plus simple et plus performant. On a éliminé toutes les surcouches qui posent problème avec les autres protocoles ».

Un exemple est la gestion du multipathing. Le protocole AoE transmettant directement les commandes au niveau 2, ce sont les commutateurs Ethernet qui se chargent d’établir les chemins entre serveurs et baies de stockage. De ce fait, la gestion du multipathing est automatique, ce qui supprime le besoin d’une configuration manuelle ou d’un client logiciel spécialisé (tel Powerpath chez EMC, par exemple). Pour Brown, « la couche Ethernet devient en quelque sorte le backplane (fond de panier, NDLR) de votre stockage. La beauté de cette architecture réside dans sa simplicité. La topologie est plate, le protocole simple et le coût minimal. La simplicité de nos baies est telle que vous pourriez prendre tous les disques d’un rack, les mélanger, les réinsérer dans le désordre dans un autre rack et le nouveau rack retrouverait quand même les données…».

TCP/IP : un choix "stupide" pour le stockage

Pour Brown, un autre avantage est qu’il n’est pas nécessaire de disposer de commutateurs Fibre Channel ou Ethernet coûteux avec des fonctions très évoluées : « On voit émerger une génération de commutateurs Ethernet de niveau 2 à très faible latence qui sont un vrai bonheur pour nous ». Et d’ajouter sous forme de pique pour iSCSI : « TCP/IP est un protocole génial lorsqu’il faut envoyer un mail en Chine et qu’il faut passer par 7 hops (rebonds, NDLR), mais pour envoyer un To de données entre deux racks, c’est un protocole stupide ». Et de mettre en avant la simplicité du protocole AoE : « la spécification est publique et tient sur 12 pages ».

Cette simplicité remet-elle en cause la sécurité des données et n’a-t-elle pas un impact sur la souplesse de déploiement, ne serait-ce que parce que sans TCP/IP, AoE n’est pas routable ? Pour Brown, ce n’est pas le cas : « Dans un environnement LAN, on a peu de pertes de paquets ». Coraid a donc inséré un protocole de contrôle dans l’initiateur AoE, côté serveur et dans la cible AoE (côté baie de stockage) et estime que l’impact sur les performances est négligeable. Pour ce qui est du caractère non routable d’AoE, Brown confirme tout en ajoutant : « Selon nous,  99,7 % des données ne devraient pas être routées et pour les autres cas, on fournira prochainement une solution, sans doute sous la forme d’une passerelle ».

Des fonctions réduites à leur plus simple expression

L’offre de Coraid n’est bien sûr pas sans point faible, en tout cas pour qui est habitué à la richesse des baies traditionnelles. Ainsi des fonctions avancées telles que la réplication ou les snapshots ne sont pas intégrées aux baies du constructeur. Pour la réplication, le constructeur propose une appliance intermédiaire permettant de faire de l’écriture synchrone sur plusieurs baies Etherdrive, mais les snapshots sont étrangers à son vocabulaire pour l’instant.

En fait, la vision du constructeur en la matière est brutalement simple. Nombre de ces fonctions ne sont pas requises dans des environnements comme le HPC ou les clusters des grands FAI et autres acteurs de l’Internet. Et pour les entreprises, Brown explique que « la virtualisation a tout changé.(...)  La réplication et les snapshots se faisaient avant dans les baies. Mais maintenant, on peut désormais opérer ces fonctions depuis la couche de virtualisation ». Un tel jugement ne satisfera sans doute pas à tout le monde, mais il a le mérite de la franchise.

Notons pour terminer que le lancement des baies SRX4200 coïncide avec l’arrivée d’une API de type RESTful permettant d’automatiser l’administration des baies Coraid et de simplifier leur pilotage dans le cadre de grands environnements en nuage.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close