SOA : avec le rachat d’Amberpoint, Oracle dope Fusion Middleware à la gouvernance

Pour muscler son offre de middleware SOA, Oracle vient de jeter son dévolu sur AmberPoint, l’un des spécialistes de la gouvernance SOA très implanté en OEM chez les gros du secteurs, comme SAP ou Microsoft. Deux concurrents directs de Larry Ellison.

A peine Sun digéré, l’ogre Oracle remet le couvert. Le groupe de Larry Ellison a annoncé le rachat d’Amberpoint, l’un des spécialistes les plus réputé en matière de gouvernance SOA (Service Oriented Architecture), pour un montant non communiqué.
Objectif affiché d’Oracle : compléter son pharaonique stack Fusion Middleware avec les fonctions avancées d’AmberPoint en matière de gestion de services, de gouvernance, mais également de gestion des transaction métier et de gestion des performances. Ces deux briques ont notamment fait la force d’AmberPoint. Oracle qualifie par ailleurs les offres de l’éditeur de “très complémentaires” dans une FAQ qui décrypte les conditions de l’acquisition. L’éditeur y explique par ailleurs qu’il intégrera les outils AmberPoint dans Oracle Enterprise Manager, Oracle SOA Governance et enfin Oracle SOA Suite.

Dans la SOA, la gouvernance ainsi que le monitoring sont souvent cités comme des points clé dans la mise en place d’architectures reposant sur les services. Leur absence dans un projet SOA est considérée comme un des vecteurs d’échec principaux par les cabinets d’analystes. Un point souligné notamment par le très polémique Manifeste SOA publié en décembre 2009, par une série analystes, industriels et éditeurs du secteur.

Les deux sociétés ne sont pas de parfaites inconnues. AmberPoint avait été choisi par BEA - aujourd’hui propriété d’Oracle - pour fournir la partie gouvernance de son offre de middleware SOA, AquaLogic. Un accord avait été scellé entre les deux partenaires dont les termes spécifiaient que BEA revendait les solutions de gouvernance d’AmberPoint sous la marque AquaLogic SOA Management.
Oracle, dont l’offre Fusion Middleware 11g - lancé officiellement en juillet 2009 -  repose également sur les technologies de BEA, renforce ainsi la forte interaction qui unissaient les deux offres.

Un point que souligne également Henry Peyret, analyste chez Forrester : “Amberpoint est utilisé en OEM dans de nombreuses offres SOA et est le partenaire de nombreux autres vendeurs. C’est ce qui faisait sa force dans le monde de l’administration SOA. Maintenant Oracle doit continuer à maintenir cette ouverture tout en tirant les utilisateurs de Amberpoint à utiliser plus avant la plateforme SOA”, commente-t-il.

Reste à savoir si Oracle, qui s’était déjà offert Clearapp (également dans la gouvernance SOA), entend préserver les accord qu’AmberPoint avait scellé avec notamment SAP (sur Netweaver), HP (sur les serveurs HP Integrity reposant sur HP-UX 11i v3) ou Microsoft (sur la plate-forme .NET). Dans cette même FAQ, la firme de Larry Ellison promet de poursuivre ces partenariats. De façon plus nuancée, le groupe explique : “pour une transition en douceur, les contrats existants des partenaires AmberPoint en matière de support, de services professionnels ou commerciaux devraient rester effectifs jusqu’à leur expiration, sauf contre-ordre”. Difficile d'être moins rassurant.

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

Close