Un bug prive des militaires français de leur solde

Une intégration défectueuse du logiciel interarmée Louvois au système d’information des ressources humaines du Ministère de la Défense a provoqué le non paiement des soldes et des frais annexes de militaires français, selon Le Parisien.

En raison d’un bug informatique du logiciel de gestion des soldes du Ministère de la Défense, des militaires de l’Armée de terre française sont privés de paiements mensuels depuis plusieurs mois. C'est ce que révèle le quotidien Le Parisien dans son édition du 15 décembre. Outre les soldes, d’autres formes de paiement auraient également été «décalées», comme les frais de déplacements et ceux occasionnés par des opérations extérieures.

Si le ministère évalue à 1% le nombre de militaires frappés par cette absence de paiement de la solde, une association, emmenée notamment par les femmes de ces soldats, fait état d’une autre ampleur, estimant à plus de 10 000 le nombre d'hommes victimes de ce bug informatique. Soit 10% de l’effectif de l’Armée de terre, selon cette association.

La cause principale : Louvois, le logiciel unique à vocation interarmées de la solde. Ce logiciel doit notamment servir de plate-forme centrale de gestion de la paye à l’ensemble des militaires du ministère de la Défense (près de 400 000 hommes) et doit constituer la base de ce que sera l’opérateur national de paye attendu en 2016, comme l’indique un communiqué de Steria (daté de janvier 2009), qui a participé au développement du dit logiciel. Louvois se veut être un maillon technologique, reliant la RH et la gestion de la paye. Pour cela, le logiciel interarmées, comme le souligne Steria, sera connecté aux systèmes d’information de ressources humaines du Ministère de la Défense (qui en compte 4) ainsi qu’à celui de la Gendarmerie Nationale. L’objectif : «assurer, en 2011, le calcul et l’émission en quelques heures des Bulletins Mensuels de Solde (BMS) de l’ensemble des forces armées.»

C’est visiblement cette connexion à l’un des SIRH de ministère de la Défense qui aurait provoqué ce bug. Le service d’information de l’armée, notant chez nos confrères «un important décalage entre l’ancien système informatique et le nouveau». Selon une publication du site du ministère, une connexion du système de ressource humaine baptisé Concerto a bien été effectuée courant octobre. «Dès octobre, le logiciel d’information des ressources humaines Concerto est raccordé à Louvois qui prend le relais et calcule désormais la solde sur la base des données personnelles. Le calcul et le montant de la rémunération [résultent] directement des informations du dossier CONCERTO», indique ce même site. C’est donc la liaison avec les données personnelles des militaires qui a dû hoqueter depuis plusieurs mois.

Pourtant le site du ministère explique aussi qu'une première connexion de Louvois avait été opérée avec succès au système Arhmonie, qui à la charge de la gestion des soldes du personnel du service de santé des armées. Dans une autre publication sur son site internet, le Ministère qualifie de «réussite» ce raccordement au logiciel interarmée entrepris (au moins) en avril. Citant toutefois quelques «difficultés individuelles», comme des double-paiements, des écarts négatifs de 100 euros ou encore des absence de prises en compte. Mais cela à une échelle très réduite sur les 13 942 dossiers traités, rappelait alors le Ministère.

[Note du correcteur : Si l'on résume la situation, il serait bon face au concerto des plaintes des militaires, que la paie cesse de louvoyer afin de rétablir l'harmonie... Et oui, je sais, cela fera 8 jours...]

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close