Cartes 2011 : entre crise et nouveaux clients

Alors que le salon Cartes et Identification a fermé ses portes le 17 novembre dernier, l’industrie de la carte à puce semble à un nouveau tournant. S’il y a peu eu d’innovations sur ses marchés classiques (identification, services financiers, transports, télécommunications), de nouveaux entrants s’intéressent à ces dispositifs de sécurité, et surtout aux services qu’ils permettent de développer.

L’édition de Cartes 2011 ne restera pas dans les annales comme celle d’une révolution technologique majeure (à part peut être les cartes SIM NFC présentées par WatchData). Crise économique oblige, les principaux stands voulaient rassurer en présentant des produits concrets déjà en cours de commercialisation (comme les différents lancements de paiement sur téléphone mobile en mode NFC, ou les outils d’activation et de personnalisation à distance des cartes SIM), ou des offres commerciales existantes (installations de Facebook et de Windows Live Messenger sur les cartes SIM chez Gemalto qui les vend déjà en Amérique Latine, paiement de personne à personne entre porteur de cartes Visa déjà disponible depuis octobre, ou cartes à puce avec générateur de mot de passe aléatoire intégré déjà utilisé par la banque turque TEP).

De la carte à puce au dispositif de sécurité

Pour autant, en toute discrétion, ce salon marque un tournant. Le premier indice se voit dans l’intitulé des chiffres publiés par l’association Eurosmart. Celle-ci parle désormais de Smart Secure Devices (dispositifs sécurisés intelligents) au lieu de parler de Smart Card (carte à puce). En effet, désormais avec le développement des projets NFC et du marché du Machine-to-Machine, les cartes à puces ne sont plus visibles (elles se cachent sous le plastique du téléphone ou de la carte pour le NFC, elles sont carrément soudées dans les compteurs électriques ou les voitures) et ne sont finalement plus qu’un composant comme les autres dans un ensemble plus vaste.

Pour s’attaquer à ces marchés, les fabricants de cartes à puce ont du changer leur fusil d’épaule, comme auparavant en informatique classique, avec IBM ou HP. De fournisseurs de matériels, puis de logiciels associés, ils se veulent désormais prestataire de services. Tous – Gemalto, Oberthur, Giesecke & Devrient – se présentent désormais comme TSM (Trusted Services Manager) et proposent à leur client de gérer à leur place les applications et informations présentes sur la carte. Voire, puisqu’ils savent gérer les identifications et sont spécialisés en sécurité, de tenter de reconquérir le marché de l’entreprise en proposant leurs cartes à puce comme outil de sécurité ultime pour le Cloud computing. Si Gemalto et Vasco semblent les plus avancés dans ce domaine, tous s’apprêtent à partir à l’assaut des nuages pour grappiller quelques clients de plus.

 

Ventes mondiales de dispositifs sécurisés intelligents (en millions d’unités)

 

Prévisions
pour 2011

Prévisions
pour 2012

Croissance entre 2011 et 2012

Télécommunications (y compris les éléments NFC)

4 600

5 100

11%

Services financiers

1 010

1 200

19 %

Gouvernement / Santé

240

300

25 %

Transports

80

95

19 %

Télévision à péage

125

140

12 %

Autres

80

90

13 %

Total

6 135

6 925

13 %

(source Eurosmart)

Ventes mondiales de dispositifs sans contacts (et duals) (en millions d’unités)

 

Prévisions
pour 2011

Prévisions
pour 2012

Croissance entre 2011 et 2012

Financial services

225

290

29 %

Gouvernement/Santé

125

160

28 %

Transport

80

95

19 %

Autres

30

35

17 %

Total

460

580

26 %

(source Eurosmart)

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close