Huawei rachète les 49 % de Symantec dans la co-entreprise Huawei Symantec

Après s'être imposé sur le marché des télécoms, le géant chinois des technologies veut accélérer son développement sur le marché des entreprises. Le rachat de sa co-entreprise avec Symantec, Huawei Symantec, lui permet de mettre la main sur un portefeuille d'appliances de sécurité et de systèmes de stockage éprouvé. De quoi compléter son offre en matière d'infrastructures, qui comprend déjà une gamme complète de serveurs et d'équipements de commutation Ethernet et de routage.

Le géant des technologies chinois Huawei Technologies a annoncé aujourd'hui le rachat de l'intégralité du capital de sa co-entreprise avec Symantec, Huawei Symantec Technologies. La société basée à Shenzhen a dépensé 530 M$ pour prendre le contrôle des 49 % de la co-entreprise jusqu'alors détenue par l'Américain.

Huawei Symantec a été fondé en 2008 avec pour but de développer une gamme complète d'appliances de stockage et de sécurité. Il propose principalement deux gammes de produits : les baies de stockage OceanSpace (déclinées en versions SAN - les OceanSpace S - et NAS - les OceanSpace T) et les passerelles de sécurité SecoSpace.


Une offre de stockage très compétitive

En s'appuyant sur son savoir-faire matériel et sur les technologies de stockage héritées par Symantec de son rachat de Veritas (dont VxFS, son File System), Huawei Symantec a créé une gamme de baie de stockage SAN et NAS offrant des performances élevées et un niveau de fonctionnalité digne des grands constructeurs. Les baies SAN OceanSpace proposent ainsi le support du Thin Provisioning, des snapshots, du clonage de volumes, de la réplication (synchrone et asynchrone), du multipathing, mais aussi la gestion du cache SSD ou le support des API VAAI de VMware. Elle sont aussi accompagnées d'une gamme complète d'outils d'administration.

Mais le plus surprenant est sans doute leur rapport performances - fonctionnalités - prix. Ainsi, sur le marché SAN, une baie OceanSpace S5600T de 36 To assemblée à base de disques SAS à 15 000 tr/mn a obtenu un score SPC-1 de plus de 100 000 IOPS pour un prix d'environ 250 000 $. A titre de comparaison, ces chiffres sont de 53 000 IOPS et 390 000 $ pour une baie IBM Storwize V7000 de 14 To, de 70 000 IOPS et 513 000 $ pour une baie Oracle  Pillar Axiom 600 et de 68 000 IOPS et  509 000 $ pour une baie NetApp FAS 3270 de 22 To.

Les baies de stockage NAS en cluster OceanSpace N sont elles aussi plutôt bien placées au benchmark SPECsfs. Ces baies sont essentiellement un cluster de contrôleurs NAS placé en frontal de baies de stockage OceanSpace S. Un cluster  OceanSpace N8500 à 8 noeuds a obtenu un score de 636 000 IOPS au test de performance NFS SPECsfs, ce qui en fait l'un des systèmes les plus performants à ce benchmark, juste derrière les versions cluster du FAS 6240 et derrière un cluster Isilon S200. Ses résultats sont d'autant plus impressionnants que le test ne fait aucun usage de stockage Flash contrairement à ses deux concurrents.

“Je suis enthousiaste à l'idée que Huawei Symantec devienne un pilier clé du portefeuille de solutions IT de Huawei", a expliqué Guo Ping, le président délégué de Huawei. Et d'ajouter que fort du succès des quatre années écoulées, Huawei entend renforcer ses investissements dans le secteur des baies de stockage. L'acquisition doit encore être validée par les autorités, notamment aux États-Unis, où le constructeur chinois n'a pas que des amis et où l'administration lui a, à plusieurs reprises, mis des batons dans les roues (dans un contrat avec Sprint, dans sa tentative de rachat de H3C...). Si l'opération est approuvée, elle ne devrait pas remettre en cause les relations entre Huawei et Symantec, ne serait-ce que parce que les appliances du Chinois continueront à s'appuyer sur les technologies de l'Américain.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close