IBM et TCS en lice pour prendre le contrôle de la filiale IT de Lufthansa

La compagnie aérienne allemande cherche à vendre 51 % de sa filiale services informatiques, Lufthansa Systems. La SSII indienne Tata Consultancy Services et IBM sont en compétition pour la prise de contrôle. Lufthansa Systems est présente sur le marché de l’aviation, où elle compte notamment British Airways parmi ses clients, mais également sur d’autres marchés comme les médias, l'énergie, la logistique et la santé.

L’hebdomadaire allemand Manager Magazin a révélé, ce jeudi 18 août, que Lufthansa cherchait à vendre 51 % de sa filiale services informatiques, Lufthansa Systems. IBM et l’indien TCS seraient les deux concurrents les plus à même de remporter l’acquisition. Citant des sources proches des négociations, l’hebdomadaire avance que l’Indien aurait de meilleures chances que son ultime compétiteur. 

Pour TCS, cette opération constituerait une belle opportunité de se renforcer en Europe et de prendre pieds sur de nouveaux marchés. Ainsi, la SSII a déjà une activité de recherche & développement en matière de systèmes d’information pour compagnies aériennes, notamment dans le domaine de la fidélisation clients, avec un centre de démonstration à Chennai. Mais sa présence sur le marché du transport et du voyage reste limitée : dans son rapport annuel, elle apparaît dans la catégorie «Travel, Transportation, Hospitality» qui ne compte que pour 3,42 % de son chiffre d’affaires. En profitant de clients existants de Lufthansa Systems comme British Airways, TCS pourrait donc sensiblement se renforcer. 

Mais l’opération ne serait pas sans risque, compte tenu de la faible rentabilité de la filiale de la compagnie aérienne allemande : lors de son précédent exercice, TCS a réalisé un chiffre d’affaires de 5,65 Md€ environ, pour un bénéfice opérationnelde l'ordre de 1,6 Md€; Lufthansa Systems s’est contenté d’un bénéfice opérationnel de 10 M€ pour un chiffre d’affaires de 595 M€. Lufthansa Systems, qui emploie environ 3000 personnes dans une dizaine de pays, est d’ailleurs engagé dans un processus de restructuration et de réduction des coûts. Des éléments que souligne, Peter Schumacher, Pdg du cabinet de conseil Value Leadership Group, dans un entretien accordé à nos confrères de l’Economic Times of India. Au point que, pour lui, «il n’y a ni impératif stratégique ni raison pour [TCS] d’acheter Lufthansa Systems. Et, en Europe, ll y a beaucoup d’autres options d’achat pour les SSII indiennes, bien plus intéressantes ».

Ni Lufthansa Systems, ni TCS ou encore IBM n’ont pas souhaité commenter ces éléments. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close