Altran : croissance à deux chiffres, sur fond de bisbille entre Pdg et actionnaires

Menacé par l’actionnaire principal du groupe, Yves de Chaisemartin, le Pdg d’Altran, compte bien profiter des bons résultats du premier trimestre 2011 pour maintenir son poste. Altrafin Participations critique de son côté la feuille de route suivie par le groupe.

“Je pense simplement qu'il (Altrafin Participations) a pris cette décision à contretemps et qu'il s'est trompé […] Il ne s'attendait pas à ce qu'on ait ces résultats, retrouvé la croissance et la profitabilité, aussi vite". Yves de ChaiseMartin, Pdg d’Altran n’entend pas faciliter la tâche à Altrafin Paticipations, l’actionnaire principal du groupe qui, la semaine dernière, déclarait souhaiter remplacer le Pdg historique. Dans un entretien accordé à Reuters, Yves de Chaisemartin a profité de la publication des bons résultats d’Altran au premier trimestre, pour riposter. Il a par ailleurs confirmé son intention de “rester à son poste et qu'il se soumettrait au vote des actionnaires lors de la prochaine assemblée générale prévue le 10 juin”.

Le 27 avril, Altrafin Participations, l’actionnaire principal d’Altran (qui détient 19,2% du cpital et 31,2% des droits de vote) a annoncé à la surprise générale son intention de soumettre au vote des actionnaires du groupe la nomination d’un nouveau Pdg en remplacement d’Yves de Chaisemartin. Le nom de Philippe Salle était alors évoqué.

Comme d’un revers de main, Yves de Chaisemartin compte bien faire valoir la croissance du groupe à deux chiffres pour riposter. Ce lundi 2 mai, la SSII a fait état d’un chiffre d’affaires de 387,7 millions d’euros, en hausse de 10,1% (à périmètre constant) sur les trois premiers mois de son exercice 2011, expliquant ainsi dans un communiqué “avoir dépassé ses objectifs”. Le groupe y indique également anticiper une amélioration significative de son résultat opérationnel courant au premier semestre, par rapport au premier semestre 2010.

De quoi donc donner du fil à retordre à Altrafin, dont le président Gilles Rigal critique, dans un entretien donné à nos confrères des Echos et publié ce lundi, la feuille de route qu’a suivi Altran ces trois dernières années et met en cause à la fois les choix et la passivité du groupe sur certains points clé. “A l'époque, une feuille de route stratégique avait été tracée. Il s'agissait d'accélérer le développement international, de réfléchir au positionnement stratégique, de réaliser des acquisitions pour renforcer le groupe. Depuis près de trois ans, ces sujets n'ont pas suffisamment avancé malheureusement. Nous avons donc demandé il y a plusieurs mois au dirigeant d'en tirer toutes les conséquences”, déclare-t-il. Tout en ajoutant plus loin : “Il ne s’agit pas de faire la révolution chez Altran”, mais “simplement d’appliquer la feuille de route d’origine”. Réponse le 10 juin, donc.

Pour approfondir sur SSII

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close