Transition en douceur à la tête de NetApp, qui affiche des résultats solides

Premier trimestre fiscal satisfaisant et nouveau Pdg pour le spécialiste du stockage NetApp. A la tête de la société depuis 15 ans, Dan Warmenhoven laisse la place à Tom Georgens, jusqu'ici directeur général. Un remplacement qui, selon NetApp, n'aurait rien à voir avec l'échec du rachat du spécialiste de la déduplication de données Data Domain, qui est finalement tombé dans l'escarcelle du rival EMC en juillet.

NetApp a profité de l'annonce de ses résultats du premier trimestre - avec des performances solides compte tenu du contexte - pour annoncer ce que l'entreprise présente comme une transition en douceur à sa tête. Dan Warmenhoven, Pdg depuis 15 ans du spécialiste du stockage, laisse en effet sa place à Tom Georgens. Ce dirigeant de 49 ans a rejoint NetApp en 2005 en provenance de LSI Logic, pour prendre la tête du fleuron du groupe, la division systèmes de stockage. En février 2008, Tom Georgens était devenu le directeur général du constructeur.

Rachat de Data Domain : NetApp trop court face à la surenchère d'EMC

Bref, le passage de témoin apparaît sans heurt ; Dan Warmenhoven parlant d'un bon moment pour passer la main, alors que l'économie donne des signes de stabilisation (notamment aux Etats-Unis, où l'activité de la société est en légère croissance) et que l'IT entre dans une nouvelle ère, celle du cloud computing. "Il semble sage d'effectuer un changement de Pdg au début d'une nouvelle époque plutôt qu'en plein milieu, afin de garantir le maximum de continuité à la société et éviter les ruptures", a expliqué Dan Warmenhoven.

Reste que le changement de tête chez NetApp intervient après l'échec du rachat de Data Domain, un spécialiste de la déduplication de données. Face à la surenchère de son principal concurrent EMC, la société avait dû jeter l'éponge début juillet. Après avoir révisé à la hausse son offre sur Data Domain pour la porter à 1,84 milliard de dollars, NetApp avait renoncé devant l'insistance de son riche rival qui, lui, a mis 2,1 milliards de dollars sur la table pour s'offrir le très courtisé constructeur d'appliances de déduplication. Lors de la présentation du premier trimestre fiscal 2010 de la société, la nouveau Pdg a expliqué que cet échec n'affectait pas les activités cœur de la société.

Maintenance et services freinent la décroissance

Dan Warmenhoven ne quitte toutefois pas la société. Il reste le président de son conseil d'administration et conservera également une fonction opérationnelle, en prenant la responsabilité des partenariats stratégiques de la firme.

Pour son premier trimestre 2010, clos le 31 juillet dernier, NetApp a réalisé un chiffre d'affaires de 838 millions d'euros, en recul de 4 % sur un an. Soit un peu mieux que ce qu'attendaient les analystes. Cette relative bonne performance pour un constructeur s'explique par la croissance des activités de maintenance et de services de NetApp, qui progressent respectivement de 20 et 23 % sur un an. Les ventes de matériels reculent de 10 %, et celles de logiciels de 21 %. Efficace sur la gestion de ses marges, le spécialiste du stockage voit son bénéfice net augmenter de 49 % en un an, à 52 millions de dollars.

En complément :

Après le rachat de Data Domain, EMC va devoir rationaliser son offre de déduplication

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close