Les développeurs asiatiques se ruent sur le Cloud Computing

Une étude Data Evans pointe la montée en puissance des services de Cloud Computing chez les développeurs asiatiques, bien plus vite en tout cas que chez les Européens. Un fort engouement motivé principalement pour des raisons de rapidité de développement et donc de time-to-market.

Après Ruby, le Cloud Computing. Selon le dernier baromètre Evans Data, plus d'un développeur sur 4 de la zone Asie – Pacifique utilise ou prévoit d'utiliser dans les 6 prochains mois des services de Cloud Computing pour motoriser ses applications. Un fort engouement pour le modèle distribué, qui vient confirmer la tendance déjà observée voulant que les développeurs issus des pays émergents apprécient les langages nouveaux et très orientés Web. Comme Ruby par exemple qui aurait séduit, toujours selon Evans Data, plus de 20 % des développeurs de la zone.

Simple à utiliser et pas cher

Le phénomène du nuage gagnerait plus rapidement du terrain dans la zone Asie – Pacifique qu'en Amérique du Nord ou encore dans la zone EMEA, rappelle Evans Data dans un communiqué. En avance de phase donc, les développeurs asiatiques affirment utiliser le Cloud Computing pour la facilité d'utilisation (à 20,7 %), puis pour ses coûts réduits (19,4 %). Viennent ensuite le modèle à la demande – on parle de scalabilité – pour 15,7 %, puis la hausse de la productivité et enfin la rapidité de commercialisation.

Des motivations qui correspondent bien à une population de développeurs jeunes et pour la plupart inexpérimentés. Une grande partie d'entre eux travaillent dans de petites entreprises (8 sur 10), explique le cabinet d'études.

evansjpg


Si l'étude relève que 28 % des 400 développeurs interrogés n'ont aucune intention d'avoir recours aux plates-formes de Cloud, plus de la moitié du panel compte le faire dans un futur non déterminé.

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

- ANNONCES GOOGLE

Close