Message au nouveau président américain : l'ennemi dans le cyberespace, c'est la Chine

La Chine est une nouvelle fois désignée par les Etats-Unis comme la principale menace pour les intérêts américains dans le cyberespace.

La Chine est une nouvelle fois désignée par les Etats-Unis comme la principale menace pour les intérêts américains dans le cyberespace. Alors que la première économie mondiale élit son nouveau président pour 4 ans, un rapport d'une commission du Congrès, dont Bloomberg s'est procuré le brouillon, met en exergue la récurrence des attaques ciblées menées par des hackers chinois contre les ordinateurs du système de défense américain, ceux du complexe militaro-industriel ou ceux des opérateurs d'importance vitale (énergie, eau, télécoms...). Selon cette commission, spécialement chargée de scruter la montée en puissance du rival asiatique, "les attaques chinoises contre les systèmes de la défense menacent les capacités d'action de l'armée américaine". A nos confrères de Bloomberg, un officiel des services secrets américains parle d'efforts incessants menés par la Chine pour perturber les communications par satellite, les systèmes de visée ou les ordinateurs chargés de la navigation. Le document, qui doit être officiellement présenté le 14 novembre, appelle le Congrès à "développer un régime de sanctions pour pénaliser des entreprises qui ont un rôle dans l'espionnage industriel ou en bénéficient". Rappelons que les équipementiers télécoms chinois ZTE et surtout Huawei sont au centre d'une polémique outre-Atlantique : une commission du renseignement américaine, qui accuse les deux entreprises de favoriser l'espionnage des autorités chinoises,

prône l'interdiction de leurs équipements. Une position similaire est

défendue en France par le sénateur Jean-Marie Bockel dans son rapport sur la cyberdéfense. Selon des statistiques fournies à la commission par le fournisseur de service CloudFare, les cyber-attaques représentent en moyenne 15 % du trafic global sur Internet. Le rapport note que le 1er octobre 2011, jour national en Chine (une large partie de la population y est donc en congés), cette part est descendue à environ 6,5 %.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close