Fragmentation Android : Google veut responsabiliser les développeurs

Pour Google, les développeurs sont en partie responsables de la fragmentation d’Android.

Pour Google, les développeurs sont en partie responsables de la fragmentation d’Android. Voulant éviter la multiplication des applications spécifiques à certaines versions de l’OS mobile, la firme de Mountain View a décidé d’ajouter une clause aux conditions générales d’utilisation du SDK d’Android, interdisant aux développeurs toute action pouvant encourager cette très gênante fragmentation.

Le paragraphe 3.4, ajouté le 13 novembre dernier, indique qu’en acceptant les termes de ces conditions générales le développeur s’engage à ne pas prendre de mesures susceptibles de causer ou de conduire à la fragmentation d’Android, tel que, mais pas uniquement, "distribuer, participer à la création, ou faire la promotion de quelque façon que ce soit, d’un kit de développement dérivé du SDK". Une façon de responsabiliser les développeurs. La fragmentation est souvent montrée du doigt comme l’une des bêtes noires d’Android. En cause, le rythme de mise à jour de l’OS, qui tend à varier d’un constructeur à l’autre. En résulte un parc hétérogène de terminaux motorisés par des versions différentes de l'OS. Un éclatement également du au caractère Open Source de l’OS, qui laisse le champ libre aux constructeurs de terminaux. Par exemple, la version 4.2 du système, dont le code source a été publié ce 19 novembre, ne sera pas supportée par tous les terminaux Android du marché.

Pour approfondir sur Linux

- ANNONCES GOOGLE

Close