Inquiets, les analystes souhaitent la scission d’HP

Les analystes s’inquiètent de l’évolution de l’action HP et de la pérennité de la firme qui est par ailleurs bien souvent un de leurs principaux fournisseurs IT. Ils prônent la scission du constructeur.

Wall Street est inquiète. HP parviendra-t-il à sortir de l’ornière où il est embourbé ? La question se pose de manière cruciale depuis la publication des résultats catastrophiques du constructeur et, surtout, depuis l’annonce d’un gigantesque trou imputée à des irrégularités d’Autonomy, lesquelles laissent d’ailleurs de nombreux analystes perplexes. Ces derniers sont en fait souvent inquiets à double titre. Il y a bien sûr la chute spectaculaire du cours de l’action qui les trouble, mais pas seulement. De nombreuses entreprises financières sont aussi des clients du constructeur. 

« Nous sommes concernés par l’évolution de certains acteurs à qui nous avons confié la fourniture de services et d’équipement », a ainsi déclaré Scott Condron, le CTO de la première société d’investissement mondiale BlackRock au cours d’une conférence technique organisée à New York. Pour Reuters, qui rapporte l’information, le responsable faisait explicitement référence à la firme de Palo Alto (ainsi qu’à RIM). Au cours de la conférence, le responsable de la communication du service titres de JPMorgan Chase, Richard Anfang, a lui aussi considéré la situation du constructeur comme un facteur de risque important qu’il allait désormais prendre en compte lors de négociations avec ses fournisseurs. 

« Vous devez comprendre quels sont vos liens avec les fournisseurs et comment cela peut constituer un risque pour les services que vous offrez », a-t-il ajouté. Bloomberg, qui connaît bien les états d’âme de Wall Street, estime que le constructeur ne pourra pas faire longtemps l’impasse sur une scission de l’entreprise avec d’un côté une division dédiée aux activités grand public, de l’autre une unité consacrée aux entreprises. Dans une interview accordée au quotidien financier, un analyste de Topeka Capital Market, Brian White, a estimé qu’une telle annonce pourrait faire grimper l’action de la société – dont la valorisation a quasiment été divisée par quatre en un an – de moins de 14 dollars actuellement à plus de 20 dollars. L’argent que rapporterait cette opération pourrait ensuite être réinvesti pour améliorer les offres logicielles pour datacenters. Un avis partagé par la filiale américaine d’UBS. Cette scission, voulue par le prédécesseur de Meg Whitman, Leo Apoteker, n’est absolument plus à l’ordre du jour comme l’a rappelé un porte-parole d’HP joint par Bloomberg. 

« Il y a de nombreux avantages à n’avoir qu’une seule organisation, notamment en termes d’image de marque, de mise sur le marché, de logistique, d’échelle d’approvisionnement, d’effet de levier sur les coûts de fonctionnement et les investissements en R&D », a-t-il expliqué.

« Combien de temps les investisseurs devront-ils encore souffrir avant qu’ils comprennent (ndlr : HP) qu’il faut faire quelque chose

 », s’étonne Brian White. On voit mal toutefois, HP changer de cap tant qu’il est empêtré dans une réorganisation de longue haleine.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close