ERP : Divalto se renforce dans la mobilité en rachetant RBS Moby

Une offre pour les commerciaux. Une autre pour les techniciens. En rachetant des logiciels développés par l'intégrateur RBS, Divalto entend avant tout renforcer ses ERP, les entreprises attendant de plus en plus des compléments mobiles aux progiciels.

Après des acquisitions dans la GPAO et dans les logiciels de gestion en mode Saas (Idylis en 2010), l'éditeur d'ERP Divalto met la main sur des solutions dans la mobilité, en rachetant des activités d'édition de logiciels jusqu'alors dans le giron de l'intégrateur alsacien RBS. Dénommé RBS Moby, la solution, rebaptisée DS-mobileo, a été conçue pour les besoins propres des itinérants, commerçants ou techniciens de maintenance (la solution est déclinée en deux offres pour ces deux populations). Déployé dans le cadre d'une centaine de projets, et comptant quelque 4 000 utilisateurs quotidiens, le logiciel fonctionne en mode déconnecté, s'appuyant sur un moteur de synchronisation. "Ce moteur a une capacité de synchronisation de plusieurs millions de lignes par jour. C'est l'un des plus performants sur le marché actuellement", explique Christian Dhinaut, qui dirigeait les développements autour du produit chez RBS et qui rejoint donc Divalto, avec une vingtaine d'autres personnes de la R&D. 

Pour ce dernier, rejoindre Divalto, c'est surtout l'opportunité de voir l'offre Moby relayée par les quelque 300 partenaires de l'éditeur. "Il nous manquait l'essentiel pour devenir un éditeur : un réseau de distribution", note Christian Dhinaut. Le statut d'intégrateur de RBS étant clairement un frein pour développer ce réseau de ventes indirectes, même si la société avait signé un accord de distribution de Moby en marque blanche avec Hub One, l'opérateur filiale d'ADP dont la division mobilité a déployé 20 000 terminaux mobiles auprès d'une cible professionnelle. 

Intégré à l'ERP sous deux mois 

Si, dans le "deal", Divalto récupère également un logiciel de collaboration (DS-agileo) couplé à un atelier de génie logiciel, la priorité du groupe consiste bien à tirer parti au mieux de l'offre mobile. "Cette acquisition est un levier pour être plus compétitif sur notre marché des ERP, note Thierry Meynlé, président du directoire de Divalto. Je rencontre fréquemment des clients et des prospects qui ont des attentes sur ce terrain. Et nous étions dépourvus d'une réponse toute prête. En interne, nous avons tenté de développer une offre sur ce créneau au milieu des années 2000, mais nous ne parvenions pas à mettre au point un moteur de synchronisation suffisamment performant." 

Selon lui, la demande émane tant des entreprises de taille intermédiaire, que l'éditeur cible avec son ERP Infinity, que les structures plus modestes, où Divalto dispose des solutions Izy et Idylis (en mode Saas pour cette dernière). L'éditeur prévoit d'ailleurs d'intégrer très rapidement l'ex-Moby à Infinity (sous 2 mois, les deux solutions reposant sur le même socle, .Net) puis à Izy. La société semble par contre moins prompte à décliner Moby dans le Cloud. Car, pour Thierry Meynlé, "les entreprises ne sont prêtes à débourser que quelques euros par mois pour ce type de solutions en mode Saas", ce qui les rend très difficile à rentabiliser. 

Si Divalto n'a pas dévoilé le chiffre d'affaires que réalisaient les deux progiciels rachetés au sein de RBS (ni le montant de leur acquisition), l'éditeur s'attend à réaliser, grâce à eux, un chiffre d'affaires supplémentaire de 3 M€ à horizon deux ou trois ans. 

Divalto a réalisé un chiffre d'affaires de 13,5 M€ en 2012 (+ 5 % en un an). Le bénéfice n'est pas encore arrêté, mais Thierry Meynlé affirme s'attendre à un résultat net comparable à 2011, soit plus de 2 M€.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close