RSA Conference : l’Anssi expose les fruits de quelques travaux de recherche

Sans tambour ni trompette, l’Agence Nationale pour Sécurité des Systèmes d’Information (Anssi), s’est invitée à RSA Conference qui se déroulait la semaine dernière à San Francisco.

Sans tambour ni trompette, l’Agence Nationale pour Sécurité des Systèmes d’Information (Anssi), s’est invitée à RSA Conference qui se déroulait la semaine dernière à San Francisco. L’Anssi a ainsi aligné deux de ses collaborateurs pour intervenir lors de sessions portant sur la cryptographie. L’un d’entre eux, Justine Wild, jeune diplômée de l’université de Limoges, présentait le fruit de travaux du laboratoire de sécurité matérielle de l’agence, portant sur les attaques latérales sur les systèmes de chiffrement par analyse de leur consommation électrique - que l’on peut retrouver

sur le site Web de l’Anssi. Ceux-ci prétendent mettre en évidence la vulnérabilité de contremesures précédemment proposées et d’en suggérer de nouvelles. Interrogée sur cette présence, une porte-parole de l’Anssi nous a indiqué que l’agence fait régulièrement intervenir des membres de ses laboratoires à l’occasion de conférences en France et à l’étranger pour «présenter leurs travaux ». Mais celle-ci «n’éprouve pas forcément le besoin de communiquer ostensiblement là-dessus» parce que ces événements «ne sont pas forcément grand public ». Dommage, peut-être : l’intervention de Justine Wild n’est pas passée totalement inaperçue; elle a notamment suscité l’intérêt d’Adi Shamir, professeur du département informatique de l’institut scientifique Weizman d’Israël et cryptologue de renom.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close