SSII : peu de fusions acquisitions sur un marché en mutation

Après l’âge d’or des années 2000, 2013 devrait être pauvre en fusions acquisitions croit savoir Vincent Gelineau, consultant principal chez PAC qui évoque la profonde mutation opérée sur le secteur.

Après l’âge d’or des années 2000, 2013 devrait être pauvre en fusions acquisitions croit savoir Vincent Gelineau, consultant principal chez PAC qui évoque la profonde mutation opérée sur le secteur. 

« La transformation du marché est notable et les pressions sur les SSII sont nombreuses : adoption de solutions cloud notamment SaaS, industrialisation des modèles de production, pressions sur les prix via l’offshore et l’arrivée sur le marché de nouveaux entrants spécialistes du digital. Dans ce contexte, les acquéreurs de SSII en France sont peu nombreux », explique-t-il sur son blog. 

Ces derniers se recrutent essentiellement chez les acteurs internationaux, notamment chez les Indiens, qui peuvent trouver un intérêt dans l’acquisition d’un parc client et d’un front office dans l’Hexagone, à condition toutefois que la cible possède de véritables compétences dans quelques domaines clés. Autres candidats à l’achat : les sociétés d’intérim qui souhaitent renforcer leur positionnement sur les métiers à valeur ajoutée. Manpower, qui a réalisé plusieurs acquisitions récemment (Proservia, Damilo, Segula), a agi de la sorte. 

Les grandes SSII nationales et internationales peuvent s’engager quant à elles dans des opérations de consolidation. C’est notamment le cas de GFI Informatique qui a repris Thalès Services Cognitis en 2012. 

Vincent Gelineau note par ailleurs que les prestataires de services ont tendance d’une part à se concentrer sur leur cœur de métier, ce qui impose un désinvestissement de certaines activités, d’autre part à réinvestir dans des activités porteuses de croissance comme la propriété industrielle. Il cite ainsi l’exemple de Sopra Group, qui a mis la main sur HP Access et d’Atos qui s’est offert BlueKiwi. 

Autres proies de choix pour les SSII : les agences digitales qui s’inscrivent dans un marché porté par l’e-commerce, le marketing digital et le Front Office. 

Enfin, avec l’émergence attendue de l’Internet des objets rendue possible par les technologies M2M et les logiciels embarqués, Vincent Gelineau s’attend à une multiplicationt des rapprochements entre des acteurs du conseil en technologies et ceux des services informatiques.  

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close