Dassault Systèmes se lance dans le search

Après Bluekiwi, c’est au tour d’Exalead d’accepter l’influence de Dassault Systèmes (DS). Premier éditeur de l’Hexagone et seul spécialiste français du logiciel ayant une place de numéro un dans le monde – sur le segment du PLM – DS s’affirme comme le parrain des jeunes pousses de l’Hexagone. En échange d’un accroissement de son périmètre fonctionnel, Dassault met à disposition sa puissance commerciale à l’international.

Avec le rachat pour 135 millions d’euros du moteur de recherche Exalead, Dassault Systèmes apparaît de plus en plus comme le parrain de l’édition logicielle française. Après avoir investi dans le spécialiste des réseaux sociaux professionnels Bluekiwi, le numéro un du secteur s’offre en effet une société qui cherche depuis plusieurs années à jouer dans la cours des grands du Search – l’une des clés du Web -, fort du soutien des pouvoirs publics français.

Comme pour Bluekiwi, le portefeuille de clients et le réseau commercial de Dassault Systèmes – numéro un mondial du PLM (gestion du cycle de vie des produits) – pourrait permettre à Exalead de passer un cap jusqu’alors difficile.

Si la technologie de l’éditeur français est reconnue, le groupe a eu plus de mal à convaincre de son modèle économique, face aux géants du secteur au premier rang desquels Google. Un paradoxe que souligne Jean Ferré, patron de Sinequa, le concurrent français d'Exalead. Dans un billet de blog assez caustique, ce dernier se félicite de la nouvelle, tout en revendiquant désormais la place de second éditeur indépendant européen en matière de search pour entreprises. Il insiste sur la dimension politique du rachat d'une start-up largement financée par l'argent public et qui a accumulée les pertes au fil des années.

Coup d'accélérateur à l'international

Réorienté depuis quelques temps déjà sur la voie des offres aux entreprises, le moteur de recherche compte quelques belles signatures de contrats – Sanofi-Aventis et Gefco notamment -, mais nécessite certainement un support supplémentaire à l’international. Alain Cotte, son PDG, explique ainsi que « pour accélérer le déploiement d'applications de type SBA -Search Based Applications (applications basées sur la recherche) - dans tous les secteurs, nous avions besoin d'un partenaire international solide ». Une explication qui fait écho à celle, il y a tout juste un an, de Carlos Diaz, fondateur de Bluekiwi, qui disait alors que « dans les semaines qui viennent, nous ouvrirons notre premier bureau aux Etats-Unis, à Boston là où est installé Dassault Systèmes ». Chose faite depuis.

Le réseau commercial Dassault Systèmes au service des jeunes pousses de l’Hexagone ? Pas seulement à en croire les dirigeants de l’éditeur. Ces derniers esquissent – quoique par touches encore très impressionnistes – une approche plus technologique, insistant notamment sur la convergence search / 3D. Selon François Bourdoncle, fondateur et stratège d'Exalead, le rapprochement "illustre ce que sera l'informatique de nouvelle génération, autour des expériences réalistes" avec l’intégration des fonctions temps réels, de la recherche en langage naturel et de la modélisation 3D. Par ailleurs, Dassault Systèmes semble particulièrement intéressé par l’approche BI dessinée depuis quelques mois par Exalead. Pour Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, la valorisation de "la multitude d'informations disponibles à l'intérieur et à l'extérieur des entreprises" est un enjeu de taille auquel les technologies de recherche pourrait bien répondre, grâce au concept de Search Based Application (applications et accès à l’information basés sur la recherche). Il y a quelques semaines, Exalead et Dassault Systèmes avaient signé un accord OEM portant sur l’offre de recherche du premier. Entre les fiançailles et le mariage, le délai aura été très court.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close