Nvidia étend le support de Cuda aux architectures ARM

A l’occasion de l'International Supercomputing Conference de Leipzig, dédiée au monde du HPC (High Performance Computing), Nvidia a annoncé la version 5.5 de Cuda, sa plate-forme de programmation parallèle pour GPU - et notamment ses puces Tesla -. Une version dont la particularité est de supporter pour la première fois les architectures CPU ARM. Cuda 5.5, que le groupe livre en téléchargement en version Release Candidate, va permettre aux développeurs de commencer à optimiser leurs applications HPC pour les premiers supercalculateurs couplant des CPU ARM aux GPU de la marque (ce qui sera le cas du prochain cluster Petraforca du Barcelona Supercomuting Center).

A l’occasion de l'International Supercomputing Conference de Leipzig, dédiée au monde du HPC (High Performance Computing), Nvidia a annoncé la version 5.5 de Cuda, sa plate-forme de programmation parallèle pour GPU - et notamment ses puces Tesla -. Une version dont la particularité est de supporter pour la première fois les architectures CPU ARM.

Cuda 5.5, que le groupe livre en téléchargement en version Release Candidate, va permettre aux développeurs de commencer à optimiser leurs applications HPC pour les premiers supercalculateurs couplant des CPU ARM aux GPU de la marque (ce qui sera le cas du prochain cluster Petraforca du Barcelona Supercomuting Center). Le support ARM devrait notamment permettre aux développeurs de tester la plate-forme de développement Kayla (Tegra 3 + Tesla K20), en attendant l'arrivée de la plate-forme hybride Logan (le futur "Tegra 5" qui couple une puce multi-coeurs ARM avec un GPU NVidia de classe "Kepler", soit la génération de puce qui motorise le K20).

« Depuis que les développeurs ont commencé à utiliser Cuda en 2006, les générations successives de GPU Cuda, améliorées et exponentiellement plus rapides, ont stimulé de manière spectaculaire la performance des applications fonctionnant sur des systèmes basés sur des CPU x86 », souligne Ian Buck, directeur général du département logiciel de calcul GPU chez Nvidia dans un communiqué, ajoutant que Cuda 5.5 devrait permettre de coder rapidement des accélérations GPU pour les plates-formes HPC. Parmi les améliorations, Cuda 5.5 propose une meilleure prise en charge d’Hyper-Q, une option de hiérarchisation des tâches MPI, ainsi que des possibilités de compilation croisée sur x86.

Rappelons que dans le dernier classement Top 500, 40 clusters utilisent des accélérateurs GPU NVidia, dont le n°2 mondial, le supercalculateur Titan, dont les noeuds Cray combinent des Tesla K20  à des puces Opteron.

 

Pour approfondir sur ARM

- ANNONCES GOOGLE

Close