Windows Server en mode cloud avec Hyper-V 3.0 et System Center 2012

Microsoft présente Windows Server 2012 comme un OS cloud.

Microsoft présente Windows Server 2012 comme un OS cloud. Certes l'OS incorpore les briques d'infrastructure nécessaires à la virtualisation d'un datacenter avec Hyper-V 3.0 mais c'est surtout du côté de System Center qu'il faut chercher le côté cloud de l'OS...

hyper v3
Le nouvel hyperviseur Hyper-V 3.0 est l'un des

composants phares de Windows Server 2012.

Le lancement de Windows Server 2012 est certes important du fait de l'amélioration des capacités intrinsèques de l'OS. Mais il est surtout essentiel pour contrer VMware du fait de l'intégration du nouvel opus de la technologie de virtualisation de Microsoft, Hyper-V 3.0. Le nouvel hyperviseur peut enfin rivaliser avec son concurrent en matière de chiffres avec jusqu'à 64 cœurs virtuels et 1 To de mémoire vive affectables par VM, et la capacité de piloter des milliers de VM. En matière de clustering, les limitations sont aussi repoussées, passant de 16 serveurs pour Hyper-V 2.0 à 63 serveurs pour Hyper-V 3.0, chaque cluster pouvant supporter un maximum de 4 000 VM.

Les fonctions réseaux ont aussi été profondément remaniées. Hyper-V 3.0 embarque ainsi un nouveau commutateur Ethernet virtuel distribué, qu’il sera possible de remplacer par des commutateurs tiers comme le Nexus 1000V de Cisco ou comme la future implémention d'openvSwitch de NEC. D'autre acteurs tels HP ou IBM pourraient aussi prochainement se joindre à la partie. Il est aussi désormais possible d’agréger les débits de plusieurs cartes réseaux (une fonction de « NIC Teaming » liée à une refonte de Windows). De même avec NV-GRE, Microsoft dispose d'une alternative à VXLAN (le protocole supporté par VMware) pour la virtualisation des réseaux. De quoi servir de fondation à une stratégie maison de réseau programmable.

[Lire aussi notre article en trois parties : Que faut-il attendre de Windows Server 2012 ?]

Côté stockage, Microsoft a pris conscience de son retard et a mis les bouchées doubles forçant d'ailleurs VMware à le suivre sur certains aspects. Par exemple, Hyper-V 3.0 supporte des fonctions de migration du stockage SAN (live storage migration, qui sont une évolution bienvenue de la fonction Quick Storage Migration de Windows Server 2008 R2. Certains éléments indiquent en outre que Microsoft prévoit de collaborer avec des partenaires stockage pour délester la migration du stockage sur le matériel de baies de stockage. Enfin, la nouvelle version d’Hyper-V devrait également supporter plusieurs migrations live du stockage en parallèle. Ce qui intéresse fortement les utilisateurs d’Hyper-V.

Hyper-V 3.0 propose aussi une fonction originale de migration de stockage en attachement direct entre deux serveurs distincts. Cette dernière fonction devrait s’avérer particulièrement intéressante pour les TPE et PME ne souhaitant pas investir dans une infrastructure SAN. Un effort a aussi été fait sur les déploiements en mode NAS. Jusqu'alors, les faibles performances du protocole SMB et sa fragilité rendaient impossible l'utilisation d'un stockage NAS sur base de technologies Microsoft pour les environnements virtualisés. Microsoft aurait pu (ou dû) se tourner vers NFS, déjà utilisé par tous ses concurrents, mais il a finalement choisi de développer une nouvelle version renforcée de son protocole de partage de fichiers, baptisée SMB 3.0. Supportée dans Windows Server 2012, cette nouvelle mouture du protocole devrait faire son apparition dans les listes de support des grands du stockage dans les mois à venir.

Notons enfin que Replica, une fonction de réplication au niveau hôte, précédemment présentée par Microsoft, pourrait également aider à maintenir la disponibilité des applications critiques en utilisant des succursales comme sites de reprise.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close