Colt propose une offre d'extension de capacité HPC

Depuis le début de l'été, Colt met à disposition de ses clients entreprises des services d'extension de capacité HPC en mode locatif. De quoi relancer la concurrence face à des acteurs traditionnels comme Bull ou IBM.

Au début de l’été, Colt a dévoilé un service sur mesure de fourniture d’extension de capacité HPC en mode hébergé. Cette offre vise à convaincre les entreprises d’utiliser les infrastructures de datacenter et de réseau de Colt pour accueillir tout ou partie de leurs capacités de calcul. Comme l’explique Behgam Kazemzadegan, spécialiste des services IT chez Colt, l’opérateur entend satisfaire un besoin exprimé par certains clients : « nous discutons avec des grands comptes depuis deux ans et le fait d’externaliser un partie de leurs calculs (pas forcément les plus critiques) n’est plus un problème ». L’objectif de la plupart des clients serait de disposer d’une capacité d’appoint pour compléter leurs infrastructures propres, et ce, sans avoir à immobiliser des sommes considérables en CAPEX.

« Colt est un opérateur de services d’infrastructure et nous disposons de tous les composants techniques et réseaux pour fournir à nos clients l’infrastructure nécessaire sous forme de service [donc en mode OPEX, NDLR] », ajoute Behgam Kazemzadegan. Notons que cette fourniture de capacités d’infrastructure s’accompagne aussi d’une forte couche d’accompagnement et de service. Colt s’est pour cela rapproché du cabinet de conseil Aneo qui dispose d’une forte expertise du HPC dans le domaine bancaire et aéronautique… et qui peut prendre en charge, pour les clients, la gestion de la couche de management de la grille de calcul et la gestion de la performance du cluster.

Dans l’esprit de Colt, il ne s’agit pas de fournir un service de calcul en cloud à la minute ou à l’heure, comme a tenté autrefois de le faire Sun Microsystems ou comme le fait aujourd'hui Bull avec son offre Extreme Factory. L’offre s’approcherait plutôt de la fourniture d’un cloud privé sur mesure dédié au calcul HPC. La prestation est ainsi fournie sur un modèle qui s’apparente à celui d’un centre de services, avec des contrats de mise à disposition de capacité allant de 1 à 3 ans. Pour l’instant, explique Behgam Kazemzadegan, « l’infrastructure n’est pas multi-tenant, les clients n’y étant pas forcément prêts ou leur secteur d’activité ne s’y prêtant pas ». Colt indique toutefois travailler sur des durées contractuelles plus courtes. « On tend à terme vers une unité d’œuvre au mois sur une infra physique », indique ainsi Behgam Kazemzadegan. En ce sens, Colt se positionne plus en concurrent des offres d'hébergement HPC personnalisées de Bull, même si l'opérateur revendique une approche plus "industrialisée".

Un partenariat avec HP

Côté infrastructure, Colt a choisi de s’appuyer sur son architecture de datacenter modulaire et sur des serveurs denses de la série HP Proliant SL à base de puces Xeon. Le service fait d’ailleurs l’objet d’une alliance entre Colt et HP, ce dernier mettant à disposition de l’opérateur ses solutions matérielles les plus récentes comme HP Moonshot ainsi que son expertise dans les couches logicielles d’exploitation des grands clusters (HP dispose d’équipes spécialisées sur le sujet à Grenoble).

L’infrastructure de calcul est pour l’instant 100% basée sur des CPU, même si elle devrait, dans une seconde phase, pouvoir aussi accueillir des GPU. Cette infrastructure n’est pas virtualisée. Comme l’explique Behgam Kazemzadegan, « la plupart des clients avec lesquels nous discutons utilisent des applicatifs qui ont des ‘overheads’ importants avec un hyperviseur ».

Une capacité "autogérée" ou en mode centre de service

Colt laisse ses clients libres d’utiliser leurs propres outils d’ordonnancement ou propose ses propres outils, si la gestion de l’infrastructure est confiée en mode centre de services à son partenaire Aneo (ce dernier opère par exemple les outils de Tibco ou d’IBM - ex-Platform). Pour les clients, un des avantages de ce mode est que dans certains cas, notamment avec Tibco, Colt a négocié des licences spécifiques qui lui permettent de facturer ses clients en fonction du temps de la consommation. Un autre avantage est qu’Aneo apporte son savoir d’optimisation des grilles de calcul (avec la prise en charge des OS et des ordonnanceurs).  En mode service, explique Behgam Kazemzadegan, Aneo est totalement interconnecté avec les opérations de Colt et est donc totalement intégré à la chaine de valeur de l’opérateur.

Côté tarifs, Colt indique que les coûts sont ramenés au cœur processeur et intègrent l’infrastructure, les services réseau, les engagements de disponibilité… bref, tous les éléments qui participent au service. L’offre, estime l’opérateur, est compétitive, même si les clients n’ont pas l’habitude de comparer en intégrant toutes ces couches de services et d’infrastructure.  Il est à noter que Colt à prévu la possibilité de « rafraîchissements » technologiques pendant la durée du contrat. « La nature des activités HPC fait que l’on a besoin d’optimiser l’infrastructure et d’avoir le meilleur à un instant T ». Un tel rafraîchissement passera toutefois par une phase de pilote et de test afin de vérifier qu’il n’y a pas d’impact sur le bon fonctionnement des applications des  clients.

Pour approfondir sur HPC

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close