Oracle continue à investir dans la bande

Le nouveau lecteur T10000D offre une capacité non compressée de 8,5 To et une capacité compressée de près de 25 To par cartouche. De quoi répondre à des besoins d’archivage en pleine explosion.

Oracle a dévoilé cette semaine la quatrième génération de son lecteur de bandes StorageTek T10000, le T10000D, un lecteur de cartouche offrant une capacité maximale non compressée de 8,5 To, un taux de transfert soutenu de 252 Mo/s en mode non compressé et un taux de transfert maximal de 800 Mo/s en mode compressé. C’est sensiblement mieux que la précédente génération, le T10000C, qui offrait une capacité maximale de 5,5 To, un débit non compressé de 252 Mo et un débit soutenu en mode compressé de 360 Mo/s.

C’est surtout bien mieux que son concurrent le plus immédiat, le lecteur TS1140 d’IBM. Ce dernier offre en effet une capacité maximale inférieure de plus de moitié (4 To) et un débit plafond en mode non compressé de 250 Mo/s. En mode non compressé, son débit est plafonné par son interface Fibre Channel à 4Gbit/s soit un maximum théorique de 500 Mo/s.

Côté « open », la dernière génération de lecteur LTO fait pâle figure. Le LTO-6 a une capacité native de 3,2 To et un débit soutenu plafond de 160 Mo/s.

Oracle offre désormais la solution la plus performante et la plus dense

Oracle SL8500

Une librairie SL8500 peut désormais héberger 2,1 exaoctets de données

Dans le monde des librairies de bande, les chiffres ont de l’importance : plus le lecteur est performant et capacitif, et plus on peut archiver de données dans un espace donné. Exemple type, un complexe de librairies haut de gamme StorageTek SL8500 d’Oracle dans sa configuration la plus évoluée permet de stocker jusqu’à 850 Po non compressés sur 100880 cartouches (avec 640 lecteurs) sur 140m2 d’espace de datacenter (soit 6,1 Po /m2). Par comparaison, chez IBM, la librairie TS3500 permet quant à elle de stocker 900Po de données sur 225 000 cartouches TS1140 (la dernière itération du format 3592) dans un espace d’environ 224,6 m2 soit 4 Po/m2.

La bataille ne se joue toutefois pas seulement avec les cartouches de la famille 3592 sur le marché du haut de gamme, mais aussi désormais avec le format ouvert LTO. Selon David Reine, un analyste du Clipper Group, le T10000D permet aussi aux librairies d’Oracle utilisant ses lecteurs « propriétaires » - les librairies StorageTek acceptent aussi les lecteurs et cartouches LTO – d’être compétitives avec les librairies LTO. Une librairie SL3000 de 1Po de capacité équipée de lecteurs T10000D serait ainsi désormais 20% moins coûteuse qu’une librairie LTO, tout en occupant 20% d’espace au sol en moins.

Des chiffres qui ont de l’importance pour ceux qui doivent sauvegarder et archiver de très grandes quantités de données (secteurs des médias, de la santé, du HPC, hébergeurs et opérateurs de services en cloud). On sait par exemple que Google et Amazon utilise des librairies de bande pour la sauvegarde de leurs environnements cloud et il se murmure aussi que le service d’archivage de données à long terme d’Amazon serait basé sur des librairies de bande. Mais chut ne le dite pas à certains constructeurs de systèmes de stockage, pour lesquels, la bande est  « morte »…

Le lecteur le plus performant au monde, en attendant la prochaine génération de lecteur IBM

Côté technique, le nouveau lecteur T10000D adopte les interfaces Fibre Channel à 16 Gbit/s et FCoE 10 Gigabit et fait l’impasse sur le Ficon. L’adoption de ces interfaces est l’une des clés de la performance du nouveau lecteur et il sera intéressant de voir quelle sera la réaction d’IBM avec sa prochaine génération de lecteur de cartouche 3592. L’actuel TS 1140, lancé mi 2011, est pour l’instant le dernier représentant de la famille 3592, mais la roadmap publique d’IBM prévoit encore deux générations de lecteurs 3592. La prochaine devrait offrir une capacité native de 6 à 8 To par cartouche et un débit soutenu de 360 Mo/s. Selon IBM elle supportera les interfaces Ficon, Fibre Channel (débit non précisé) et FCoE.

Un autre point fort du 10000D est la protection de l’investissement. Le lecteur sait relire toutes les cartouches T10000 de la première génération à la génération actuelle. Plus important encore, il permet de lire et écrire sur les mêmes cartouches « T2 » que le 10000C et de doper leur capacité de près de 55%, selon Oracle.

Signalons aussi qu’Oracle a encore amélioré son support de LTFS avec le support de l’indexation de données et la possibilité de littéralement, glisser déposer des données depuis un disque dur, grâce à son logiciel LTFS Library Edition (LTFS LE).

Notons pour terminer qu’Oracle n’a fourni aucune information tarifaire sur le T10000D. Le constructeur a en revanche fournit des indications sur la consommation du lecteur qui est de 36W en veille et de 90 W en fonctionnement. A titre de comparaison, IBM indique une consommation de 51W en fonctionnement pour le TS1140 sur sa fiche de fonctionnement

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close