Cet article fait partie de notre guide: Cloud hybride : l'avenir du Cloud se dessine

Cloud hybride, dans le sillage de l’adoption du cloud privé

Selon une étude de Gartner, la moitié des grandes entreprises déploieront des infrastructures de cloud hybride d’ici à 2017.

Près de la moitié des grandes entreprises mettront en place un modèle de Cloud hybride dans les quatre prochaines années, nous apprend le cabinet d’analystes Gartner dans sa dernière étude. Selon les premiers enseignements du rapport, les entreprises montrent un appétit prononcé pour les services cloud qui combinent la flexibilité du cloud public à la sécurité induite par les datacenters privés.
Ainsi, selon Gartner, les implémentations de cloud hybride gagneront peu à peu en puissance alors que celles liées au cloud privé gagneront quant à elle en maturité. Car le cloud hybride a atteint aujourd’hui le même niveau d’adoption que le cloud privé il y a trois ans - les déploiements sont encore minimes mais «les intentions sont là», affirme Gartner. Ces trois dernières années poursuit-il, le cloud privé est passé de simples intentions à une réalité théorique pour presque la moitié des grandes entreprises. Le cloud hybride suit ainsi une voie identique vers la maturité et deviendra une réalité pour 50% des entreprises d’ici à 2017.

Les conclusions de Gartner font en ce sens écho à celles d’un cabinet de recherche Vanson Bourne, qui pointait du doigt les limites du cloud public - en tant que service répondant à tous les besoins. Poussant ainsi les entreprises à adopter une infrastructure de cloud hybride.

Dans son rapport, Gartner observe également la degré de maturité du cloud privé. Selon lui, l’adoption du cloud a gagné en maturité et le cloud hybride est la prochaine étape dans les priorités des entreprises. La moitié des grandes entreprises ont déjà déployé un service de cloud privé et seulement 11% n’ont aucun projet en la matière pour 2014. Même si les déploiements hybrides sont rares, presque trois-quart des entreprises sondées affirment s’attendre à une mise en place en 2015.

L’adoption du cloud privé est certes motivé par des problématiques de coûts, mais ne peut pas uniquement reposé sur cet argument, indique en substance l’analyste Thomas Bittman. «La virtualisation réduit les dépenses en capital. Les standards et l’automatisation réduisent les dépenses opérationnelles. Mais [...] les offres de self-service et le provisioning automatique nécessitent des investissements en technologies pour ajouter des métriques supplémentaires. La principale motivation vers cette étape devrait être l’agilité». Il soutient que le IT doit comprendre où l’agilité peut faire la différence dans les services existants et quel service peuvent ainsi être utile grâce à l’agilité. La technologie n’est pas un problème majeur pour ceux qui souhaitent basculer vers des services cloud, assure Bittman.

Les technologies pour proposer des services cloud sont encore relativement immatures, et les entreprises doivent encore ajuster leurs outils, mais «ce qui est bien plus difficiles sont surtout les bouleversements organisationnels nécessaires à l’usage de la technologie», avance-t-il. «Une culture IT enracinée sur certaines expertises techniques ne cadre pas avec le modèle self-service entièrement automatisé qui requiert une approche orientée service d’une équipe.»

«Choisir la bonne technologie pour déployer les services cloud est ainsi essentiel», ajoute Bittman. Bien que les projets pilotes démarrent pour la plupart petit, avec des fonctionnalités limitées, il est important de choisir une fondation capable d’évoluer dans l’avenir, à la fois en terme fonctionnel, mais également en terme d’interopérabilité cloud, vers le cloud hybride. Une autre alternative est de choisir une technologie qui propose un ROI rapide, à deux ans par exemple, avec la possibilité de changer de technologie dans le futur, précise-t-il.
«Les fournisseurs font la promotion du cloud privé, et parlent de la «prochaine étape» en matière d’infrastructure et d’opérations. C’est en effet le cas, mais uniquement pour les bons services», commente Bittman.
«Le cloud privé est un modèle spécifique d’informatique qui utilise la virtualisation, mais cela n’est pas approprié à tous les services. Bien que la majorité des entreprises, de moyennes ou de grandes tailles, développeront et déploieront des services de cloud privé ces prochaines années, le cloud privé sera seulement utilisé pour des services spécifiques», conclut-il enfin.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close